Marina, Carlos Ruiz Zafon.

Très bien écrit.
A Barcelone encore.
Une histoire d’amour toujours.
Une belle intrigue qui évite que ça dégouline.
Un imaginaire à la limite du fantastique… mais c’est pas du fantastique, j’ai horreur du fantastique.

C’est du vrai et du bon Zafon. Il dit que c’est son texte préféré depuis qu’il écrit.

J’avais adoré L’ombre du vent (2004). Beaucoup moins Le jeu de l’ange (2009).

J’ai beaucoup aimé Marina (2011, Robert Laffont) qui est de la veine du premier.
En beaucoup plus court (280 pages).

6,37 € en poche, 4 € d’occas’, 9,97 € en Kindle édition,  18 € en format broché… et je ne parviens pas à voir si le Kobostore le propose en numérique (le système de recherche doit être réservé aux esprits supérieurs…!).

A demain.

Mattéo