Deux grandes maisons d’édition – Flammarion et Le Seuil – font leur saut dans le vide : ils publient un livre numérique qui n’a pas son équivalent papier. C’est la première fois, comme dit la presse, que de vrais éditeurs (sic) osent le faire. Quelle audace.

Voici les (deux) objets du délit.

L’Homme-Volcan : conte bref de Mathias Malzieu (le chanteur de Dyonisos), doté d’un habillage musical du groupe Dyonisos et égayé de dessins de Frédéric Perrin qui, aux dernières nouvelles – et sauf erreur de ma part – n’est pas le batteur du groupe Dyonisos (Flammarion/Actialuna, 3,99 €).

Ah. : recueil de 8 nouvelles semi-érotiques d’Emma Reel (Le Seuil, 7,99 €).

Tenez, d’ailleurs, Emma Reel, c’est un pseudo ! Façon blog et internet… pour reparler de ce sujet très grave que j’ai évoqué avec vous il y a 48 heures chrono.

Comme c’est du court, on va solliciter l’avis de nos experts. Pour savoir si c’est bon !

A demain.

Mattéo