2 mots, ça prend quand même moins de place

Il y a quelques années, ma professeur de français me rend une copie avec la mention : « grammatique ».

Interloqué, je lui demande ce que cela signifie. Réponse brève : « grammatique, c’est un mot-valise  pour grammaire et dramatique ». Me voyant aphone, atone, elle comprend vite que je n’ai pas compris. « Un mot-valise, c’est la fusion de deux mots qui en crée un troisième ».

Une étincelle jaillit dans mes yeux, l’information arrive au cerveau, puis ce sont les larmes qui coulent à flots : je comprends, désemparé, ce que voulait me dire ma prof.

Quelques jours plus tard, remis de ce terrible épisode, je lance une recherche sur Google : « mot-valise » (pas rancunier le mec !). Il y en a plein ! Des connus : « aspivenin », « franglais »… Des rigolos : « adoléchiant », « alcoolympiade »… Des incompréhensibles : « clavardage », « folksonomie »…  Séduit, je m’essaye à l’exercice. Malheureusement il n’en sort rien de « géniool », juste quelques propositions « crétiles ». En fait, c’est un « fiascul ». J’arrête ou je vais vraiment touché le « fiond ».

C’est en voyant ma copine tenter de partir en vacances, avant-hier, que l’anecdote m’est revenue…

A demain.

Matteo

PS : géniool = génial + cool, crétiles = crétin+ débiles, fiascul = fiasco + nul, fiond = fond + fin (on peut aussi mettre «foin» s’il faut faire raffiné…)