Manger le coeur de sa mère UNE

Au printemps de cette année, en Corée du Sud, un éditeur a publié un recueil de poèmes écrits et illustrés par des ados. Parmi eux, un texte, Un jour, tu ne veux pas te rendre à hakwon, (les hakwon sont des boites à bac coréennes) écrit par une jeune adolescente : elle confie à ses lecteurs une recette de cuisine qui permet d’éviter d’aller à l’école.

Le texte, très cru et complètement dénué d’ambiguïté a beaucoup dérangé le public qui réclame à cor et à cri son retrait des bacs en librairie.

Pour que vous compreniez l’idée, voilà le texte :

Mâche et mange ta mère
Fais-la bouillir et mange-la, fais-la cuire et mange-la
Retire ses globes oculaires et mange-les
Enlève toutes ses dents
Arrache ses cheveux
Transforme-la en viande maigre et mange-la en soupe
Si elle verse des larmes, lèche-les toutes
Et mange son cœur en dernier.
C’est là le plus douloureux

Et oui, le poème parle bien d’une jeune fille qui dévore sa mère. Or, le cannibalisme dans un livre de jeunesse ne passe pas très bien en Corée (je pense que ça ne passerait nulle part, d’ailleurs !).

La maison d’édition a pendant un temps défendu son livre, expliquant qu’elle ne souhaitait pas modifier les écrits authentiques de ses jeunes auteurs. Mais elle a fini par retirer le livre de la vente et tente aujourd’hui de récupérer le plus d’exemplaires possibles.

Alors, lecteurs de Short, pensez-vous que la polémique a lieu d’être ? Et avez-vous jamais eu faim de votre (pauvre) mère ?

A demain,

Matteo

> Le recueil a pour titre A Single Dog, publié par les éditions Chulganil