unnamed

Facebook prédit la fin de l’écrit au profit de la vidéo.

Vision un peu courte et amusante, et clin d’oeil finalement appuyé à l’autodafé ou à Bradburry.

C’est en fait déjà un raccourci du journaliste qui rapporte l’affaire… Facebook affirme permettre à son milliard de membres de recueillir et partager plus de 8 milliards de vidéos par jour (contre 4 il y a seulement 6 mois) mais Facebook est en concurrence avec Snapchat qui déclare 10 milliards de vidéos par jour pour 100 (petits) millions d’utilisateurs. Et la direction de Facebook fait donc le pari que les textes vont disparaître de Facebook.

La nuance n’est pas anodine.

Ici, on parie que tout part de l’écrit. On croit comme Coppola (on a des nouvelles fréquentations !) qu’un bon écrit est la base indispensable d’un bon film. On croit aussi que les religions et la spiritualité ont besoin de textes fondateurs, que les pubs ont besoin de scripts, que l’information – comme la peinture – a besoin de nuance(s) qui commencent dans des articles équilibrés et fouillés, que les relations humaines ont besoin de belles lettres, que l’amour a besoin de belles tirades, que l’Histoire a besoin de belles et de moins belles (petites) histoires … et que nos petites histoires ont besoin d’être racontées pour nous distraire, nous surprendre, nous émouvoir !

On tient à ce pari-là. Et je dirais même qu’on en est fiers.

Finalement on aime le court et moins les raccourcis ou les visions un peu trop courtes !

A demain… ou après-demain,

Matteo