Il y a les noms de scène, ceux de plume, de guerre ou de résistance aussi. Il y en a des milliers et des milliers. Dans tous les pays, dans tous les arts.

Molière n’était pas Molière. Déjà. Mais ça ressemble à un nom de famille. Et, bien avant lui, Moïse, Jésus et Mohamed avaient opté, eux, pour le prénom simple.

Aujourd’hui le gars qui porte son nom, et avance ainsi à visage découvert, est un audacieux. A moins qu’il ne soit dangereux…

Eddy s’appelle en fait Claude, Barbara Monique, Bénabar Bruno, Yasmina Khadra Mohamed M., Romain Gary est aussi Emile Ajar, Houellebecq = Thomas, Woody Allen = Allan Stewart Konigsberg et Jacques Villeret = Jacky Boufroura.

Mais Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux était bien Marivaux, Hugo s’appelait bien Victor et Le Clézio n’a pas choisi de s’appeler Jean-Marie Gustave ! C’est rassurant tout de même…

shortEdition a opté pour le pseudo. Mais les pseudos des blogs, qui ont rendu le pseudo universel, ont-ils dévalorisé les pseudos ?

Dites-nous ce que vous en pensez sur la page Facebook… Pseudo ou état-civil, c’est comme sel fin ou gros sel, couverture ou couette, gants ou moufles. Voilà un vrai débat comme on les aime !

Mattéo