122 ans. C’est la durée de l’emprunt d’un des ouvrages de la Bibliothèque de l’Ecole des Arts de Camden près de Sydney. Les plantes insectivores de Charles Darwin avait été emprunté en 1889. C’est seulement en juin dernier qu’il a été restitué.

Ron Hyne, un vétérinaire à la retraite, voulait vendre discrètement le livre à l’Université de Sydney, espérant que celle-ci ne remarquerait pas le tampon signalant son propriétaire légal. Il n’est donc pas parvenu à revendre cette édition originale à un prix exorbitant.

Il a expliqué à la police locale qu’il avait trouvé cet ouvrage lors d’une brocante, il y a cinquante ans. Les policiers – qui ne l’ont pas reconnu ! – l’ont cru et il a échappé de peu à des pénalités de retard. Imaginez un peu la majoration d’une amende vieille de 122 ans.

C’est donc délesté d’un sacré pactole mais soulagé d’une amende centenaire que le vieil homme est devenu, momentanément, la star de sa maison de retraite.