Il y a 14 ans et 1 jour, l’équipe de France de Stéphane Guivarch’ (il me semble que, lui, on a un peu tendance à l’oublier) remportait la 16ème édition de la Coupe du monde de football (la Copa del mundo comme dirait mon pote Gerardo, Vénézuélien de son état).

« D’atteindre l’inaccessible étoile telle est ma quête », disait le grand Jacques dans une de ses chansons. Le 12 juillet 1998, ce n’était pas seulement la sienne qui était en jeu mais celle de toute le France  et de ses héros.

11 hommes en short, désormais entrés dans la grande histoire (avec un grand H) de France, pour avoir écrit avec leurs pieds l’une des plus belle page du sport français.

3 à 0, deux buts de notre Zidane national, un but de Petit (par le nom) mais grand (par le short) pour sceller sur le vierge maillot bleu une première étoile de Champion(s) du monde.

Depuis Thierry Roland est mort tranquille, Aimé Jacquet n’a toujours pas pardonné et j’ai eu mon bac.

La morale de cette histoire, c’est que le short (qui est court comme son nom l’indique)  est un outil formidable générant des grandes histoires et des grands moments de communions collectives !

A+

Côme