Salon d’accueil – Maison des Patients et des Proches

Bonjour à tous !

Hier s’est tenu le premier atelier d’écriture Prose en Rose organisé dans le cadre du partenariat entre Short Édition et l’Institut Curie à l’occasion d’Octobre Rose.

Les textes produits à l’occasion d’Octobre Rose sont destinés au Distributeur d’Histoires Courtes de l’Institut. Pour accompagner au mieux les personnes touchées par la maladie dans ce processus de création littéraire, des ateliers d’écritures sont proposés à la Maison des Patients et des Proches.

Élodie Torrente à la Maison des Patients et des Proches

Ces ateliers sont réalisés sous la direction Élodie Torrente qui a accepté de répondre à ces quelques questions :

– Que signifie Octobre Rose pour vous ?

C’est l’occasion chaque année d’affirmer mon soutien aux malades du cancer et plus particulièrement du cancer du sein, de m’associer à cette indispensable cause, de soutenir toutes ces femmes et ces hommes qui souffrent dans le silence des hôpitaux.

– Pourquoi avoir accepté de diriger ces ateliers ?

Déjà parce que Short Edition m’a de nouveau fait confiance. Ensuite parce que c’est mon activité depuis 2011 de diriger des ateliers d’écriture auprès de tous les publics de 3 à 103 ans. Je suis sensible à la souffrance humaine (sinon je n’écrirai pas, je pense) quelle qu’elle soit, le cancer étant un fléau contre lequel nous devons tous agir, ensemble. Rencontrer ces patients et leur transmettre un peu de mon énergie, de joie, de respiration psychologique, d’introspection partagée dans la bonne humeur, c’est toujours ça de gagné sur la maladie. En retour, je reçois une dose d’humilité et de courage indispensables pour une autrice et plus largement pour une femme. C’est dans ces moments-là forts d’échange et de partage, que j’ai vraiment la sensation d’être utile. Enfin, les guider pour écrire une histoire courte qui sera peut-être distribuée dans le Distributeur d’Histoires Courtes de l’Institut Curie, c’est leur montrer que grâce à l’écriture (un acte thérapeutique avant tout et pour tous, auteur comme écrivains du dimanche), ces personnes existent en dehors de cette maudite maladie. C’est déjà pas mal, n’est-ce pas ?

– Quels ressentis après ce premier atelier ?

Une immense joie, une envie de recommencer dès demain ! J’ai beaucoup apprécié la relation qui s’est très vite instaurée entre nous toutes (eh oui, il n’y avait que des femmes ce 15 octobre !). Pour cette première séance, j’avais prévu quatre consignes d’écriture autour de l’absurde, de l’échange de mots sans relation les uns avec les autres. Mon objectif étant, comme je le propose régulièrement à un nouveau groupe de participants, de faire connaissance, de se sentir à l’aise, de partager sans juger, de se libérer de tout ce qu’ils ont appris à l’école pour mieux se réapproprier l’originalité de leurs idées, de leurs mots, de leur personnalité.
Grâce à l’absurde, les rires ont fusé, ces dames qui, pour certaines d’entre elles, ne se connaissaient pas une heure avant ont échangé comme des amies de longue date. Non pas autour de cette maladie qui les rassemble à l’Institut Curie mais autour de leurs mots, de leur imagination. C’est là, la magie de ces ateliers d’écriture. Leur faire oublier pendant deux heures la dure réalité de leurs traitements. J’espère avoir réussi.
À la fin de la séance, je leur ai proposé d’écrire une lettre assez inhabituelle pour le 5 novembre, date de notre prochaine rencontre, puisqu’il s’agit d’une lettre de rupture à… leurs qualités ! Pas si évident qu’il y parait ce préambule à l’écriture de fictions. Quoi qu’il en soit, je sens que nous allons encore bien nous amuser le 5 novembre ! J’ai hâte !

Ces ateliers sont ouverts à toutes les personnes touchées par la maladie : soignants, malades, proches…  Les prochains ateliers auront lieu les 5 et 26 novembre à la Maison des Patients et des Proches.

À très vite !

Matteo