Lego-égalité des sexes UNE

Lego fait partie des rares marques de jouets à avoir joué le jeu de la lutte contre les préjugés liés au sexe, bien plus tôt que les autres. Alors que dans les années 70 sa copine Barbie portait toujours du rose, des talons, un bébé et un chaton, Lego affirmait dans ses notices que les garçons pouvaient aimer les maisons de poupées et les filles les kits de mécano.

C’est pourtant simple et de bon sens – petit, j’aimais ma poupée et j’avais envie d’être une fille -mais…

Lego rappelait donc que le potentiel créatif de chaque enfant doit prévaloir sur son sexe.

On ne s’étonne donc pas que la marque – qui semble avoir de la suite dans les idées – ait sorti l’année dernière une collection qui chouchoute spécifiquement les filles. A l’origine de l’opération, un constat simple : il n’y a aucune raison concrète (physique ou physiologique) qui empêchent les filles d’assurer des métiers scientifiques ou techniques. Mais, et c’est flagrant, elles y sont pourtant beaucoup moins représentées que les hommes. Nos représentations collectives, nos références communes, les exemples mis en avant dans la presse… et dans les familles les poussent tout simplement moins que les garçons à aller dans cette direction.

Alors pour remédier, avec leurs propres moyens, à cette catégorisation, Lego a commercialisé une série de figurines féminines occupant les métiers d’ingénieur, mécano, conductrice de travaux, vétérinaire, biologiste marin, neuro-scientifique, et d’autres encore.

Je n’ai pas trouvé celle de l’écrivain… Mais, ici, à Short Edition, 1 auteur sur 2 est une femme !

Un jour, peut-être, ils feront des figurines d’infirmier, d’assistant social, d’hôte d’accueil, de papa à la maison et de danseur.

A demain,

Matteo

PS : Je n’ai pas rédigé ce post blog sous la menace de ma copine…

Lego-égalité des sexes 2Lego-égalité des sexes 3