Le grand-père de tout le monde UNE

Au numéro 14 de la rue parisienne qui porte son nom, est née une fresque en hommage à René Goscinny. Inaugurée le 5 novembre dernier, cette fresque rend hommage à celui que sa petite-fille appelle « le grand-père de tout le monde ». Une célébration du travail de l’artiste qui a mis dans la bouche de ses personnages les répliques les plus truculentes de la BD française, qui a teinté ses calembours, onomatopées et interjections bulleuses d’un humour redoutable.

Goscinny a fait partie intégrante de mon enfance et peuple de très beaux souvenirs. A chaque vacances chez les grands-parents, ça donnait ça : une flambée de cousins et cousines allongés sur la moquette et lisant Astérix et Lucky Luke à tour de rôle. « Tu me le passes quand t’a fini ? »

Et le Petit Nicolas, que dire… Goscinny et Sempé, c’était un accord parfait, une symbiose totale.

Un de ces prochains jours, j’irai faire un tour dans le 13ème arrondissement de Paris, au 14 rue René Goscinny, (au Centre d’Animation Goscinny) pour voir comment l’hommage à cet artiste du langage et du rire, grand-père littéraire du Petit Nicolas qui sommeille toujours en moi, a été rendu. Et s’il colle bien avec sa personnalité… ce qui n’est pas gagné : ce genre de figure dans un musée, c’est toujours acrobatique !

On s’y croisera peut-être ?

A demain,

Matteo