Une journaliste américaine, Brooke Gladstone a réalisé une BD au nom tout de même explicite, La Machine à influencer (The Influencing Machine), dans laquelle elle défend l’image des médias, ce quatrième pouvoir sans pitié et tout puissant qui, dit-on, nous fait croire ce qu’il veut.

Je n’ai pas lu le livre. Pas encore mais j’ai lu l’extrait qu’il est possible de télécharger pour se faire un avis sur le ton et l’approche de l’auteur. Résultat : un graphisme sympa mais assez standard, une approche assez pédagogique (qui colle bien avec le graphisme), un propos assez clair… Une question tout de même sur la culture de l’histoire des US qu’il faut avoir en tête pour bien comprendre l’ensemble.

Daniel Schneidermann, l’homme de l’émission « Arrêts sur image » qui s’intéresse depuis 30 ans au fonctionnement et au travers des médias est élogieux : « Brooke Gladstone livre une grande leçon de journalisme […] De la censure aux journalistes embarqués et promenés par les militaires en zones de guerre, le livre recense les stratégies des politiques pour s’accommoder du quatrième pouvoir, décortique les différents biais qui affectent les journalistes, décrit le circuit des sondages et statistiques qui parviennent jusqu’à nous et explique comment nous en venons à croire ou rejeter certaines informations ».

La Machine à influencer a été réalisée en partenariat avec le dessinateur de bande dessinée documentaire Josh Neufeld qui est connu notamment pour son ouvrage sur l’ouragan Katrina.

C’est pas donné mais il fait tout de même 208 pages… et l’affaire semble mériter l’investissement.

A demain,

Mattéo

> La Machine à Influencer, Josh Neufeld & Brooke Gladstone, éditions ça et là, format : 17 x 23 cm, broché, 208 pages bichromie, 22 euros (parution : jeudi 24 avril 2014)

> Le lien vers l’extrait téléchargeable : ici.