M. Verne, la relève est assurée ! UNE

Sans cérémonie excessive (mais avec tout de même un peu d’émotion), je vous présente le nouveau Jules Verne ! Il se nomme Yelken Octuri et travaille sur des projets complètement dingues en parallèle de son job de designer pour un fabricant d’avions basé à Toulouse (on en devine sans trop de peine le nom), comme ce yacht volant, spectaculaire.

Ce n’est pas l’imagination qui manque à M. Octuri (un coup d’oeil sur son site suffit à s’assurer qu’il a la tête dans les étoiles mais les pieds sur terre) et pas la demande non plus apparemment, parce que l’appareil dont je vous parle aujourd’hui a dépassé le stade de l’imagination : le yacht volant a bel et bien été construit (par l’usine Aerocoché, dans le Tarn) et est utilisé par trois princes d’Oman propriétaires d’une société de transport aérien.

Il vole, ce yacht. Ses voiles se rétractent et ses mâts deviennent des ailes, pour naviguer et voler, voler, naviguer et peut-être même voler !

On a un peu de mal à imaginer le coût d’un tel appareil. Peu importe. Il faut saluer l’imagination du créateur, et son talent d’ingénierie pour avoir réussi à mettre au point une machine fonctionnelle, digne des romans de Verne. J’ai l’impression que Yelken Octuri n’écrit pas. Dommage…

« Le futur existe mais il n’est pas encore distribué partout » : c’est la formule d’un prospectiviste, entendue je ne sais plus où ni quand, qui me semble très bien convenir à ce travail sidérant.

A demain,

Matteo

M. Verne, la relève est assurée ! 2

M. Verne, la relève est assurée ! 3

M. Verne, la relève est assurée ! 4