Un vrai bon film, Enfance clandestine, à voir en VO. Evidemment.

C’est l’histoire d’un enfant de militants s’opposant  à la junte militaire argentine au pouvoir entre 1976 et 1983. Il est sorti en 2012 et avait été présenté lors de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes (pour faire simple, c’est le festival off créé par la Société des réalisateurs en 68). Il y avait été bien accueilli. Il a des bonnes notes sur Allociné (3,5 pour la presse et 4 pour les spectateurs).

Pas super drôle, mais fort, réalisé par Benjamin Avila à partir de souvenirs personnels. Bien filmé. Et réalisé avec sensibilité mais sans sensiblerie : pas de pathos épuisant et dégoulinant. Le gars y a certainement mis ses tripes mais il ne cherche pas à nous faire pleurer.

Bien, quoi.

La maman est vraiment jolie, avec de l’éclat dans les yeux. Ma copine trouve d’ailleurs que, dans ces films sud-américains (que nous aimons bien), les filles sont toujours très belles et que les gars le sont beaucoup moins… Mais ils ont de belles gueules pourtant !

A demain. Pour des nouvelles très sympas.

Mattéo