J’ai lu, il y a quelques jours, un papier sur la politique fiscale d’Apple.

Comme Quentin – notre geek préféré – est un fan d’Apple, qu’on aime tous l’iPhone et au-delà le smartphone inventé par la firme de Cupertino (comme dit la presse éco)… et comme je suis un gars courageux, je vais vous en faire un résumé très rapide.

Apple a fait + de 32 milliards de $ de bénéf en 2011 et n’a payé que 3 milliards de $ d’impôts dans le monde, soit un taux d’imposition global de 9%.

Comment ? En domiciliant toujours au bon endroit (l’Etat du Névada aux US qui fait du 0%, et le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Irlande, les îles vierges britanniques en Europe qui pratiquent des taux accueillants) toutes leurs sociétés et filiales qui encaissent les recettes. Apple ne démentit pas mais explique que la société a permis de créer plein d’emplois.

Le New Yok Times, qui a levé le lièvre, remarque que les 71 sociétés technologiques appartenant au Top 500 des sociétés américaines paient en moyenne 30% d’impôts de moins que les autres… Pas parce que la concentration de petits malins y est plus élevée ! Parce que ce type d’activité permet d’exploiter + facilement, par de simples boîtes aux lettres, les agréables différences fiscales entre les Etats.

A ne pas oublier.

Surtout lorsque vous entendrez ou lirez une grande tirade – d’un de ces entrepreneurs – sur la liberté, la solidarité, la responsabilité sociale…

A demain.

Mattéo