Faire craquer ses articulations donnerait de l’arthrite… Vous l’avez forcément entendu, celle-là, des centaines de fois.

Eh bien, c’est faux.

Un allergologue californien, Donald Unger, turlupiné par les affirmations péremptoires de sa mère, a testé, sur ses mains, l’adage castrateur. Pendant 50 ans, il a fait craquer sa main droite et laissé tranquille sa main gauche. Résultat : elles sont toutes les deux aussi en forme… malgré un décalage de + de 40 000 craquements.

Son expérience et son appel à une expérimentation à plus grande échelle ont intéressé d’autres scientifiques traumatisés. Le Journal of American Board of Family Medicine a montré que, sur un échantillon de plus de 200 personnes, les craqueurs de doigts ne souffraient pas plus d’arthrite que les non-craqueurs.

Mort définitive d’une idée un peu courte ?

Pas si vite que ça, le constat date déjà de 2009 et la vérification de 2011…

A demain.

Mattéo