Søkswen

Les pieds d’Hélène (5/6), Søkswen

Le Quotidien du Médecin publie chaque semaine l’épisode d’une nouvelle rédigée par un auteur de Short Edition.

Des épisodes courts et bons qu’on souhaite faire découvrir à tous nos lecteurs !
Pour retrouver les feuilletons précédents :

Résumé des épisodes précédents : Lambert et William sont tous deux médecins et enseignants. Lambert entretient une relation avec Hélène, la fille de William. Celle-ci lui annonce qu’elle est enceinte mais ne sait pas qui est le père. Alors que Lambert réalise un test ADN, sa femme et William apprennent la nouvelle.

Retrouvez les épisodes précédents : 1/6 – 2/6 – 3/64/6

Episode 5
Le labo

Laurence est la meilleure amie de Suzanne, la femme de William. Nos deux familles n’en forment pratiquement qu’une. Comme un clan. On se voit même pendant les vacances. Malgré tout on s’appelle encore par notre patronyme, pour marquer une coupure.
William est le frère que j’aurais détesté avoir. Alors que tout le monde le dit gentil je le considère cassant, quand on le trouve drôle je le trouve assommant, ma femme le pense « formidable » et ma fille tout bonnement « génial », ce qui me semble largement exagéré. Bon d’accord William est fort partout, mais moi aussi. Je dirais même que je comprends mieux les attentes de mes patientes. Parce qu’il est obstétricien et que je suis gynécologue je devrais lui être inférieur ? Quelle injustice que je refuse de combatte avec des mots ! J’essaie au mieux de cacher ce que je ressens, pour ne pas paraître jaloux ou rabat-joie. Globalement je me tais.
A minuit William m’appelle, juste pour me dire qu’ « aujourd’hui n’importe qui couche avec n’importe qui, c’est du grand n’importe quoi ».
Je ne couche pas vraiment avec sa fille et je ne suis pas du tout n’importe qui, je réponds sobrement : « Tu as raison William ». S’il savait pour notre relation c’est moi qu’il insulterait. Hélène me rend heureux mais me coupe du monde, de l’autre réalité, de la banalité.
Je raccroche et rejoins ma femme qui s’apprête à aller au lit. Elle me dit qu’elle est fatiguée par toute cette histoire. Je sais ce que ça signifie. Je ne lui en veux pas, je n’insiste pas, je ne réclame rien. Je me couche en silence. J’ai l’habitude.
Le lendemain je contacte le labo pour les résultats des tests ADN. Ouf de soulagement, je ne suis pas le père, ce qui me met de très bonne humeur. Aucune trace de drogue dans le sang d’Hélène, rien, pas de GHB. Le père n’est pas un violeur. J’indique cette nouvelle par sms à Hélène et pars à la fac pour assurer mon cours. Rarement je me suis senti aussi léger.
L’amphi est bondé. Six cents étudiants amassés qui attendent ma parole, mes analyses, mon érudition. Je suis persuadé qu’Hélène est recroquevillée dans son lit. Devant mes étudiants, je suis le roi. J’embraye sur la science et les croyances médiévales, saint Thomas d’Aquin, saint Augustin, Avicenne. Je balaie la période et les enjeux avec une grande facilité. Les mots et les idées s’enchaînent avec aisance mais je ne peux m’empêcher de penser à Hélène.
A la fin du cours, dans le hall, j’entends « Papa, papa ! ».
Je me retourne. Anna a cet air affolé qui inquiète les pères et tient en main un portable dont elle me fait lire un message : « Pas de GHB dans ton sang, embrasse tes pieds pour moi ma reine ».
— J’étais chez Hélène, le message est apparu quand elle était sous la douche, comme c’était toi, j’ai regardé. Putain papa, c’est quoi ce bordel ?
Je commence par lui dire qu’elle se trompe, qu’elle voit le mal partout, qu’elle s’imagine des choses, qu’elle aussi est ma reine. Anna insiste. Alors je lui raconte sommairement ma vérité, notre complicité, sans rentrer dans des détails qu’elle ne comprendrait pas.
Ma fille n’est pas sensible à mon numéro, et part en vitesse.
Une lettre sur mon bureau attire mon attention. Le labo.
« Basé sur l’analyse ADN, Franck Lambert est exclu d’être le père biologique de l’Enfant, parce qu’ils ne partagent pas tous les allèles dans tous les loci analysés. La probabilité de paternité est de 0.0 %. » Plus bas on pouvait lire ceci : « En revanche, Franck Lambert est très probablement, à 99.99%, le père d’Hélène William ».

Retrouvez le dernier épisode : 6/6