111

Ce 20 juin, moi, Matteo, ami de vos petites pauses, je prends un an (et une ride) de plus. Et je vous pose cette question, en forme de bac philo, qu’il m’arrive de me poser…

C’est aussi une bonne occasion de penser à lui, Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, écrit par le Suédois Jonas Jonasson (journaliste sportif reconverti) que vous avez peut-être déjà lu.

112

Une vraie épopée rocambolesque, qui ne le serait pas sans son héros centenaire Allan, à qui je trouve des airs de Forrest Gump. Je vous mets un petit extrait, juste pour le plaisir !

« Alors, allons-y, dit Bosse. L’argent qui se trouve dans cette boîte a-t-il été gagné honnêtement ?
– Absolument pas, dit Benny.
– La police est-elle à vos trousses ?
– Probablement, et les gangsters aussi, dit Benny. Surtout les gangsters en fait. […]
– Pourquoi est-ce que vous voyagez en car ?
– Parce que nous transportons un éléphant.
– Un éléphant ?
– D’Asie.
– Un éléphant ?
– Un éléphant.
Bosse fit une pause avant de demander :
– L’éléphant aussi a été volé ?
– Non, je ne dirai pas ça.
Bosse fit encore une pause. Puis il dit :
– Poulet grillé et pommes de terre sautées pour le diner. Ça vous va
 ?»

Si j’avais été Allan Karlson, j’aurais certainement invité de Gaulle à boire un verre de scotch avant-hier, le 18. D’ailleurs, je le ferai peut-être…

A demain,

Matteo

> Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Jonas Jonasson, 2009, traduit en 2011 et publié aux Presses de la Cité, poche 7,70 €, numérique 12 €, relié 20 €