La bûche, toute de génoise imbibée de whisky puis tendrement roulée de crème au beurre et de mousse au chocolat, est encore meilleure, le lendemain.

Ou même le jour d’encore après.

Pourquoi attendre ? Reprenez-en au petit-déj. Vous verrez. Je l’ai fait. Je ne l’ai pas regretté !

A demain.

Mattéo

PS : Mangez plus fin. Et sachez que du XVIIème siècle au début du XXème, le chef de famille ramenait la veille de Noël à la maison une très belle bûche. Son allumage répondait à un cérémonial assez précis. Quand les poêles ont fait leur apparition, la pâtisserie a remplacé le bois de chauffage et le chocolat nappant la bûche de Noël devenue gourmandise est réputé nous rappeler que la bûche de Noël fut, dans sa jeunesse, du bois de chauffage…