Le très intéressant post que je vous avais adressé dimanche en fin de journée, a été chassé de la vitrine du blog, dès lundi matin… sans que j’en ai été prévenu.

Intolérable. Prévisible – puisque le lundi, c’est le jour du feuilleton – mais intolérable tout de même.

On essaie en effet de vous priver d’une info majeure.

Comme le mardi, je reprends le pouvoir sur le blog, jusqu’au jeudi, jour d’interview, je décide donc tout seul comme un grand de vous donner une seconde chance de la lire.

Non, mais !

Je disais donc que cet été, j’ai toujours continué à publier, parce que je suis un gars consciencieux (et qui prépare ses absences), mais j’ai été à Jakarta dépenser les sous durement gagnés à shortEd.

Et je suis revenu avec une info commerciale majeure.

L’Indonésie est un pays où le cabinet à la turque est roi. C’est très bon pour l’hygiène, très bon pour les muscles, mais très mauvais pour la lecture de BD courtes, de TTC ou de short stories pendant la pause toilettes. Et pour le business du livre.

Les  Indonésiens y sont tellement habitués que les compagnies aériennes ont jugé nécessaire d’installer un panneau d’information dans les toilettes des avions expliquant comment utiliser le cabinet trône et comment ne pas l’utiliser.

Pour le marché indonésien, shortEd devra faire bien attention…

A demain.

Matteo