111

Dans la série être « out » pour être vraiment « in »,  l’aventure de la journaliste Emilie Folie-Boivin à Sainte-Agathe-des-Monts, au Québec. 48 heures, en cure de détox numérique, dans le camp de vacances « Le P’tit Bonheur » accompagnée d’une soixantaine de personnes ayant choisi de passer une fin de semaine sans utiliser de portables ni d’ordis.

Au menu du séjour : chamallows grillés, harmonicas, fabrication de radeaux, olympiades, etc.

Elle nous raconte comment, frisson incroyable, elle se surprend à apprécier ce « retour à l’essentiel ». Pas de tweets, de selfies (les photos de soi avec des potes, des people ou même seules), de Facebook ou de Gmail.

En parcourant le web, je me suis rendu compte que les cures de désintoxication numérique (aussi appelées digital détox) étaient en effet de plus en plus à la mode !

Un organisateur américain d’une de ces cures a déclaré dans le New York Times : « Nous donnons la possibilité aux participants à notre programme de réévaluer leur relation avec la technologie et la place qu’elle prend dans leur vie. Nous nous sommes rendu compte que les gens ont besoin de la permission de se déconnecter totalement afin de, reformater leur disque dur ».

Moi, Matteo, votre compagnon digital de presque tous les jours, je crois (et aime à penser) que nous sommes tous encore capables de nous débrancher, seuls, quelques jours, sans avoir besoin d’aller engraisser un organisateur de séminaires ! J’espère que je ne suis pas le seul…!

A demain.

Mattéo