Photo © Smithsonian Magazine
The Fantastic Mr. Dahl | Arts & Culture | Smithsonian. Roald Dahl illustration.

 

Saviez-vous qu’en plus d’être un génie de la plume, Roald Dahl avait également été employé par les services d’espionnage britanniques durant la Seconde Guerre mondiale ?

Incroyable, n’est-ce pas ? C’est pourtant l’un des auteurs de fiction jeunesse le plus vendu de l’histoire ! Que celui qui n’a jamais lu (ou vu) Charlie et la Chocolaterie se dénonce !

Cherchant à en savoir toujours plus, j’ai découvert que Roald Dahl était aussi un écrivain prolifique de lettres. Quand ses livres pour enfants sont devenus populaires, le facteur apportait jusqu’à quatre mille lettres par semaine chez lui, dans le Buckinghamshire (j’imagine que sa boîte aux lettres était immense…).

Parmi ces lettres, quelques-unes étaient forcément un peu farfelues… Je vous propose de découvrir la réponse de Roald Dahl à Jay, un jeune écrivain en herbe avec une demande un peu particulière…

Cher Jay,

Vous en attendez un peu trop de moi. Vous devinerez que je reçois énormément ce style de lettres et vous ne pouvez pas vous attendre à ce que je rédige votre thèse pour vous. Il devrait être assez évident pour vous de comprendre quel est le rôle de la nouvelle dans la littérature moderne. Et il est énorme. Je vous conseille particulièrement d’étudier les nouvelles d’écrivains américains comme O’Henry et Runyon et Hawthorne et Poe, et beaucoup, beaucoup d’autres anglais.

Si vous voulez un conseil de ma part, il y a eu énormément de portraits [des auteurs] dans les magazines anglais au cours des dernières années, à commencer par le numéro de février 1979 de Vogue.

J’ai lu votre écrit. Je ne le trouve pas si mauvais, mais vous devez arrêter d’utiliser trop d’adjectifs. N’hésitez pas à étudier Hemingway, en particulier ses premiers travaux et apprenez à écrire des phrases courtes et à éviter tous ces adjectifs parasitaires. En effet, il est préférable de dire « C’était une grande fille avec de la poitrine » que « C’était une grande fille avec une poitrine bien faite et proéminente », ou autres fioritures. Tout est dit dans la première phrase.

Cordialement,

Roald Dahl

Et vous, quels sont vos secrets d’écriture ?

À bientôt,

Matteo