Henry Wessel California, 1977 © Henry Wessel ; courtesy Pace/MacGill Gallery, New York.

Bonjour à tous !

Ce week-end j’étais à Paris et, pour essayer d’échapper à la chaleur des week-ends parisiens, j’ai fait comme beaucoup et me suis caché dans les musées… C’est ainsi que j’ai été saisi devant la brillante exposition A dark thread à la Maison européenne de la photographie.

Pour cette exposition, c’est le photographe Henry Wessel qui est à l’honneur. Sont exposées ses photos comme autant de pièces à conviction de polars – polars qui nourrissent sa sensibilité photographique. Ce que j’ai trouvé intéressant c’est tout l’imaginaire qui se déploie lorsque l’on regarde ses photos : scènes qui invitent le spectateur à imaginer ce qui a pu se produire ; à se faire enquêteur ou bien témoin voyeur de ce que l’on n’aurait jamais dû voir…

Henry Wessel avait même proposé à des écrivains d’écrire une nouvelle à partir de ses photos… Une belle idée de faire communiquer les deux médiums et de stimuler l’imagination…

L’exposition est jusqu’au 1er septembre et peut-être que certaines de ces photos feront couler de l’encre…

À très vite

Matteo