Google vient d’ouvrir cette semaine dans son magasin Google Play un rayon « livres numériques ». Le géant US – qui ne représente que 2% de l’eBook aux US, rejoint ses grands camarades de jeu US, Amazon et Apple. Et la plupart des éditeurs français vont bientôt proposer la partie (très faible et encore trop coûteuse) de leur offre numérique dans les rayons du magasin Google.

Dans ce combat-là, les règles du jeu ne sont pas encore connues et, si la loi sur le prix unique du livre garantit encore aux éditeurs (en France) un prix homogène d’un librairie (numérique ou pas numérique) à l’autre, les taux du prélèvement effectué par Google sur la transaction ne sont pas encore connus. Les règles de gestion, d’accès, de retrait de ces contenus ne sont pas non plus connues.

Jolie empoignade à venir.

Et derrière le combat des contenus, la féroce bataille du support. Google a présenté, en juin, sa tablette, Nexus 7 (réalisée avec le taïwanais Azus) qui chassera – dans quelques semaines aux US et au UK et un peu plus tard en France – sur les mêmes terrains que l’iPad (Apple) et la Kindle (Amazon).

Vous allez penser, mais que fait donc Facebook ?… ! Ils se préparent.

Nous, à shortEdition, on aime bien le modèle du français Decitre TEA. Et pas seulement parce qu’il est Français… Alors on vous en parlera demain !

A demain.

Mattéo