Archives for category: Nos auteurs

Les Lauréats du Grand Prix Hiver 2018 viennent d’être désignés ! Retrouvez ci-dessous leurs œuvres originales et aux styles variés, sélectionnées à la fois par le vote des lecteurs et par l’équipe éditoriale de Short Edition – sur la base des avis du Comité de lecteurs.
Vous pourrez les savourer à nouveau dans SHORT 23, le recueil papier qui sortira en début d’année !

Félicitations à tous !

Et à très vite 🙂

Matteo

Les œuvres lauréates du Palmarès Automne 2017 viennent d’être désignées, par le vote des lecteurs et par l’équipe éditoriale de Short Edition – sur la base des avis du Comité de lecteurs !
Vous pourrez les savourer à nouveau dans SHORT 22, le recueil papier qui sortira au mois de janvier !

Félicitations à tous !

Et à très vite…

Matteo

Les œuvres lauréates du Palmarès Eté 2017 viennent d’être désignées, par le vote des lecteurs et par l’équipe éditoriale de Short Edition – sur la base des avis du Comité de lecteurs !
Vous pourrez les savourer à nouveau dans SHORT 21, le recueil papier qui sortira au mois d’août !

Félicitations à tous !

Et à très vite…

Matteo

Les œuvres lauréates du Palmarès Printemps 2017 viennent d’être désignées, par le vote des lecteurs et par l’équipe éditoriale de Short Edition – sur la base des avis du Comité éditorial !
Vous pourrez les savourer à nouveau dans SHORT 20, le recueil papier qui sortira dans quelques semaines…

Félicitations à tous !

Et à très vite…

Matteo

Les œuvres lauréates du Palmarès Hiver 2017 viennent d’être désignées par les lecteurs et par l’équipe éditoriale de Short Edition – sur la base des avis du Comité éditorial !
Vous pourrez les savourer à nouveau dans SHORT 19, qui sortira en février…

Félicitations à tous !

Et à demain…

Matteo

Les œuvres lauréates du Palmarès Automne 2016 viennent d’être désignées par les lecteurs et par l’équipe éditoriale de Short Edition – avec les analyses des lecteurs du Comité éditorial !
Vous pourrez les savourer à nouveau dans SHORT 18, qui sortira en octobre…

Félicitations à tous !

Et à demain…

Matteo

Les œuvres lauréates du Palmarès Eté 2016 viennent d’être désignées par les lecteurs et par l’équipe éditoriale de Short Edition – avec les analyses des lecteurs du Comité éditorial  !
Vous pourrez les savourer à nouveau dans SHORT 17, qui sortira en août…

Félicitations à tous !

Et à demain…

Matteo

Les œuvres lauréates du Palmarès Printemps 2016 viennent d’être désignées par les lecteurs (d’une part) et par Short Edition et les lecteurs du Comité éditorial (d’autre part) !
Vous pourrez les savourer à nouveau dans SHORT 16, qui sortira début mai…

Félicitations à tous !

Et à demain…

Matteo

GP-300-hiver

Les œuvres lauréates du Palmarès Hiver 2016 viennent d’être désignées par les lecteurs (d’une part) et par Short Edition et les lecteurs du Comité éditorial (d’autre part) !
Vous pourrez les savourer à nouveau dans SHORT 15, qui sortira début février…

Félicitations à tous !

Et à demain…

Matteo

Le laboratoire du sommeil (6/6), Jeanne Mazabraud

Le Quotidien du Médecin publie chaque semaine l’épisode d’une nouvelle rédigée par un auteur de Short Edition.

Retrouvez les épisodes précédents de la nouvelle de Jeanne Mazabraud :
épisode 1/6 : Mystérieux décès
épisode 2/6 : Disparitions curieuses
épisode 3/6 : Un avocat peu coopératif
épisode 4/6 : Le mobile improbable
épisode 5/6 : La veuve noire

Résumé des épisodes précédents : Alors que Georges et John s’interrogeaient sur le comportement suspect de Francis K. – le patient narcoleptique qui avait disparu en pleine nuit, à l’heure même du décès inexpliqué de Dean B. –, celui-ci regagne la clinique. La veuve de Dean B. lui tombe dans les bras : c’est son « grand frère » ! Les sleepdoctors vont de surprise en surprise.

Episode 6
L’irréfutable diagnostic

Georges a l’impression d’être acteur dans une série télé. Ces invraisemblables rebondissements le laissent pantois. Il essaie de se ressaisir, passant en revue les faits : Dean B. meurt de façon inexpliquée à trois heures du matin. Dans le même temps, Alex G. le somnambule, brutalement tiré de sa crise par Francis K., prend peur et s’enfuit.
Avant de se plonger dans d’autres théories, Georges décide de téléphoner aux parents d’Alex G. : peut-être que leur fils – encore mineur – a réintégré leur domicile dans la nuit, indemne. Fait confirmé par le père du jeune homme, qui maugrée – mais modérément – contre la clinique « qui pourrait un peu mieux surveiller ses patients ».
Deuxio, Francis K. et Jacky, la veuve de Dean B. ne sont pas amants. Georges s’éponge machinalement le front, soulagé d’échapper au moins à une incongruité : le couple illégitime improbable uni dans le crime pour se débarrasser du mari encombrant. Ouf !

Jacky est passée tranquillement aux « aveux » pendant la somnolence de son frère. Longtemps, elle avait été dans l’ignorance des séjours de Dean B. à la clinique. Le dynamique – et tyrannique – septuagénaire, jaloux comme un pou, ne tenait pas à ce que sa quatrième épouse lui échappe comme les trois autres ; elles avaient gagné de somptueuses pensions en faisant valoir lors du divorce « l’instabilité nocturne » de leur époux. Francis K. tentait donc de se faire soigner à l’insu de sa compagne. Laquelle avait découvert le pot aux roses grâce à son frère.

Francis K. était aussi attaché à sa sœur qu’il avait son beau-frère en grippe. L’infâme lawyer plein aux as le méprisait au point de lui interdire sa demeure. Il voyait donc Jacky en cachette. Au cours d’un brunch en tête-à-tête, il avait fini par révéler à sa cadette le secret des hospitalisations de son époux, lui décrivant avec brio la tête du beauf lorsqu’ils s’étaient trouvé nez à nez, en pyjama, au laboratoire du sommeil. Quelle histoire ! Francis K. était passé du vert au framboise, avait éructé puis fini par supplier son beau-frère de garder le secret. Il paierait le prix. Combien Francis K. voulait-il ? Stupéfait par tant de morgue, humilié qu’un parent (même par alliance) le juge achetable, Francis K. avait tourné les talons… et avait sombré dans le sommeil. Les deux hommes ne s’étaient plus jamais adressé la parole. Francis K. avait-il eu des envies de meurtre ? Jacky fit la moue : peut-être mais ce bon gros mou n’aurait jamais eu le courage de passer à l’acte. Elle n’en aurait pas dit autant de cette teigne de Dean B.

Un silence de mort s’établit soudain dans le lobby. L’éminent Professeur Gil Mountain, – dont le staff, avec l’accord de la police, avait sollicité l’expertise –, après avoir attiré l’attention de l’assistance, annonça avec autorité : « Mes amis, j’ai examiné le corps de Dean B. avec la plus grande attention. Le patient a succombé à une rupture d’anévrisme cérébral. J’ai délivré le permis d’inhumer. Madame B., je vous présente mes très sincères condoléances ».

Déjà la police se repliait, le hall de la clinique reprenait son allure normale, le staff avait libéré la salle d’attente. Georges et John s’apprêtaient eux aussi à quitter les lieux, un peu mal à l’aise de leurs élucubrations nocturnes. Il faudrait en rire un jour… Fred, le technicien, parka sur le dos, les frôla sans les voir. Un intense soulagement éclairait son visage anodin. Georges pourtant crut apercevoir dans son regard comme une maléfique jubilation… Allons, se dit le sleepdoctor, le manque de sommeil doit me jouer des tours.