Archives for category: Court mais Techno

le-petit-marqueur-magique-une

Innovante, cette innovation venue de Tokyo ! C’est le stylo à encre d’argent qui conduit l’électricité ! La société AgIC Inc. l’a inventé et il s’appelle tout simplement le AgIC Pen (sans M).

On le voit bien dans la vidéo, avec les petites animations 3D, le stylo relie les circuits (je n’y connais rien en électricité) et grâce à l’encre conductrice qui contient des particules d’argent et de carbone, les signaux électriques circulent tranquillement. Je trouve cette innovation surprenante et rigolote. Les marqueurs ne sont pas toujours aussi poétiques. C’est un peu de la pub, certes, c’est pas forcément très utile, pas forcément, mais c’est étonnant ! Vraiment…

Si l’ingénieur – inventeur – concepteur qui sommeille en vous trépigne à la vue de la vidéo, sachez que vous pouvez vous procurer le fameux stylo  pour une douzaine d’euros. Vous pourrez le démonter… et vous nous expliquerez ce qu’il faut comprendre !

A demain,

Matteo

petits-vandales-du-moyen-age-une

Déjà au Moyen-Age, les enfants aimaient bien ajouter leur petite touche perso ! C’est une chercheuse britannique, Deborah Ellen, qui l’affirme. Tout commence par la découverte assez surprenante de gribouillis de gamins en marge de manuscrits datant du Moyen-Age.

Ce qui ne surprend pas aujourd’hui aurait pourtant de quoi interroger à l’époque : en quelles circonstances de tels ouvrages (qui reproduisent des psaumes et sont écrits en latin) se sont trouvés entre les mains d’enfants, à une époque de l’histoire où peu de gens étaient lettrés et où posséder un livre était un grand luxe ?

Après avoir fait attester dans un premier lieu par des pédopsychiatres que ces œuvres étaient bien celles d’enfants, la chercheuse a mené l’enquête. Il en ressort que les enfants en question avaient vraisemblablement été autorisés à avoir accès à ces manuscrits, qui venaient d’un couvent dominicain, probablement pour favoriser leur alphabétisation.

Face à l’ennui, dont j’imagine qu’il accompagnait déjà (pour les non initiés) la lecture de textes religieux et de psaumes écrits en latin, on comprend assez bien que les petits se soient autorisés quelques gribouillis… Et on a envie de ne pas leur en vouloir, à ces petits vandales du Moyen-Age. Pas vous ?

A demain,

Matteo

petits-vandales-du-moyen-age-2

245-le-premier-livre-etait-sacre-une

J’ai retrouvé dans L’Obs une chronique du jour sur l’impression du tout premier livre. On y apprend que c’était une Bible, tirée à 180 exemplaires, et que chaque exemplaire nécessitait 390 jours de travail. Absolument inestimables, 48 de ces 180 volumes, imprimés entre 1452 et 1455, ont été conservés, et 5 se trouvent en France. Les curieux et les passionnés peuvent aller en admirer trois à la BNF. Je doute qu’on puisse les consulter…

J’ignorais tout à fait que le premier livre imprimé avait été une Bible… pour des raisons financières : l’objectif était de rentabiliser l’investissement technique par un succès commercial que seul la Bible pouvait être d’obtenir !… Le financement de l’innovation était peut-être plus compliqué qu’aujourd’hui ! La startup de Gutenberg a mal fini, Gutenberg ne fut pas consacré de son vivant, il est mort dans un tel anonymat qu’on a perdu sa tombe.

En tout cas je vous conseille de lire l’article, riche en détails. Et de la compléter avec la fiche wikipédia de Gutenberg si le sujet vous turlupine.

Ma copine m’a demandé d’ailleurs comment je réagirais si je tombais sur un trésor pareil (dans le grenier de sa grand-mère par exemple) : la garderais-je précieusement… ou la vendrais-je ?

Et vous… ?

A demain,

Matteo

du-vin-bleu-de-tes-yeux-une

Un pari risqué sur la Terre des amoureux des vignes : le lancement du vin bleu ! C’est une start-up espagnole Gik, qui a décidé de désacraliser le vin et préconise « d’oublier tout ce que vous savez sur le précieux liquide qui se transforme en sang du christ une fois béni ».

Difficile, quand on est fan d’un bon Saint-Chinian… d’autant plus que ce vin bleu n’a pas l’air fou, ses créateurs n’étant de leurs propres aveux ni œnologues, ni fins gastronomes, mais simplement désireux de casser les codes d’un monde qu’ils jugent trop fermé.

Comment et pourquoi du bleu ? Grâce à deux pigments organiques : l’indigo et l’anthocyane. Quant à sa compo, ce vin bleu est un mélange de raisins rouges et blancs.

Je goûterai certainement, à l’occasion… c’est vrai que c’est assez joli. Je ne suis pas certain toutefois de lui laisser la place de ma bonne bouteille de rouge… : j’entends encore ce québécois, rencontré pendant un covoiturage : « mais qu’est-ce que vous avez avec le vin, vous les français ? »

Ceci dit ce nouveau liquide pourrait inspirer des poètes ! Peu de femmes ont les yeux rouges… Aragon aurait peut-être vu les yeux d’Elsa dans son verre…

A demain,

Matteo

la-nuit-etoilee-danse-sur-leau-une

La très belle vidéo du jour : La Nuit Etoilée aquatique, aérienne, délicate de l’artiste Garip Ay.

Un véritable travail d’orfèvre. Reproduire de célèbres peintures… sur la surface de l’eau.

Ses gestes ont l’air hasardeux au début, on croirait presque qu’il se contente de jeter la peinture au petit bonheur la chance sur la surface de l’eau. Mais petit à petit, devant nos yeux (ébahis), se dessine Van Gogh.

Je passe pas mal de temps sur le web, et j’avoue que je n’avais jamais encore vu ce genre de vidéo.

J’adore ce genre de travail, qui essaie d’innover, de créer de l’inédit. Quand un artiste part d’une oeuvre de référence, l’imitation pure et simple n’est jamais loin. Là il y a coup sûr du talent, de la qualité, de l’innovation.

Est-ce de la création ? Pas tout à fait… mais presque. Est-ce de l’art ? Certainement… Il y a de la technique avec la vidéo. Et il me semble tout de même que Garip Ay crée réellement quelque chose.

Quoi qu’il en soit c’est assez sidérant à regarder !

A demain,

Matteo

 

Van Gogh on Dark Water Animation from Altercasa Home Collection on Vimeo.

 

232-capture-decran-a-lancienne-une

Preuve à l’appui : à l’époque où tous les ordinateurs n’étaient pas équipés de la fonction capture d’écran, la solution était si pragmatique, et si évidente qu’on n’y penserait même plus. C’est vrai, on devait se trouver tout bête à l’époque, devant son écran impossible à immortaliser.

En fait, il suffisait de prendre son écran en photo !

Et il devait bien y avoir de la demande, puisqu’il existait même des modèles d’appareils photo, comme ceux de la marque Polaroïd, qui étaient spécialement conçus pour ça dans les années 1980. Avec un cache adapté à la taille de l’écran, pour éliminer les parasites lumineux. « Pas besoin d’être photographe pour l’utiliser », clame cette jolie pub à l’ancienne.
pub-polaroid

Réclame qui date d’un temps où, si l’on souhaitait avoir des renseignements supplémentaires, il fallait écrire une lettre à l’entreprise. Charmant non ?

A demain,

Matteo

 

222 - Traduire le geste en parole UNE

Encore une jolie initiative qui nous vient cette fois du cerveau de deux étudiants de l’Université de Washington : un gant conçu pour traduire en mots le langage des signes. Et pourquoi pas pour raconter des histoires courtes ?

Equipés de capteurs connectés à un ordinateur grâce au bluetooth, les gants reconnaissent les gestes signés et les traduisent par haut-parleur.

Je ne parle pas du tout la langue des signes française (LSF), à part pour savoir dire bonjour et merci, et je regrette chaque fois que je communique avec un malentendant ou une personne privée de la parole de ne pas connaître au moins quelques gestes de bases, en signe de bonne volonté. On pourrait en apprendre les bases à l’école…

Les gants SignAloud (le nom que leurs concepteurs ont choisi de leur donner) sont en début de vie mais les deux étudiants espèrent qu’ils pourront à terme devenir aussi courants que les lentilles de contact ou les appareils auditifs.

Et vous, vous êtes-vous déjà penché sur la question de la LSF ?

A demain,

Matteo

Le braille en brique UNE

On n’imagine même pas le casse-tête que ça a du être de mettre au point une bonne méthode d’apprentissage de la lecture et de l’écriture pour les enfants (et même les adultes) malvoyants.

Heureusement Louis Braille s’est blessé un jour à l’œil, avec un ciseau à bois, dans l’atelier de son père, la plaie s’est infectée… et il ne s’est pas satisfait de ne plus pouvoir lire !

Alors pour ajouter sa pierre à ce bel édifice, la société Braille Bricks a eu la bonne idée. En créant des briques de type Lego représentant des lettres de l’alphabet en braille !

Grâce à ces répliques de la famous brique, les jeunes enfants peuvent apprendre le braille en le comprenant puis en l’écrivant grâce à un jouet. Une bonne idée non ? Apprendre en jouant, allier le ludique à la pédagogie est très efficace. Tous les joueurs de poker vous le diront !

Basée à Sao Paulo, BB ne fait pour l’instant profiter que 300 enfants de son invention, mais espère certainement faire le tour du monde. D’autant plus que leur création n’appartenant pas à Lego, la société a mis son design à disposition de tous, pour que chacun puisse le reproduire librement. Ils espèrent en passant que les avocats de Lego n’y verront pas le motif d’une plainte, ça casserait un peu l’ambiance…

A demain,

Matteo

Le braille en brique 2

unnamed

Facebook prédit la fin de l’écrit au profit de la vidéo.

Vision un peu courte et amusante, et clin d’oeil finalement appuyé à l’autodafé ou à Bradburry.

C’est en fait déjà un raccourci du journaliste qui rapporte l’affaire… Facebook affirme permettre à son milliard de membres de recueillir et partager plus de 8 milliards de vidéos par jour (contre 4 il y a seulement 6 mois) mais Facebook est en concurrence avec Snapchat qui déclare 10 milliards de vidéos par jour pour 100 (petits) millions d’utilisateurs. Et la direction de Facebook fait donc le pari que les textes vont disparaître de Facebook.

La nuance n’est pas anodine.

Ici, on parie que tout part de l’écrit. On croit comme Coppola (on a des nouvelles fréquentations !) qu’un bon écrit est la base indispensable d’un bon film. On croit aussi que les religions et la spiritualité ont besoin de textes fondateurs, que les pubs ont besoin de scripts, que l’information – comme la peinture – a besoin de nuance(s) qui commencent dans des articles équilibrés et fouillés, que les relations humaines ont besoin de belles lettres, que l’amour a besoin de belles tirades, que l’Histoire a besoin de belles et de moins belles (petites) histoires … et que nos petites histoires ont besoin d’être racontées pour nous distraire, nous surprendre, nous émouvoir !

On tient à ce pari-là. Et je dirais même qu’on en est fiers.

Finalement on aime le court et moins les raccourcis ou les visions un peu trop courtes !

A demain… ou après-demain,

Matteo

 

dhc____la_tv_480

Qu’a installé la Ville de Grenoble dans différents lieux, dont la mairie, pour faire patienter les usagers en toute quiétude ?

C’est la question inattendue mais tellement sympa qui a été posée, sur TF1, ce dimanche, à un candidat de l’émission « Les 12 coups de midi ».
Et en +, Serge avait la réponse ! Bravo Serge !
Alors, une partie de l’équipe (pas la plus jeune d’ailleurs) commence à s’interroger : à quand une question dans le Trivial Pursuit ou dans la version 13 de Questions pour un champion ?

A demain… ou après-demain,

Matteo