Archives for category: Court mais People

C'est MADAME Bovary UNE

Vous vous souvenez certainement du mémorable Rochefort travestissant Madame Bovary pour les Boloss des Belles Lettres. Non ? Je vous l’avais pourtant servi, ici même. Rafraichissez-vous la mémoire

Eh bien, si la vidéo vous a plu autant qu’à moi, sachez que les Boloss seront désormais invités sur France 5 (dans l’émission La Grande Librairie de Busnel), les jeudis à 20h35, dès le 21 janvier. Sous un mini-format de 3 minutes, les sessions revisiteront des classiques de littérature, en utilisant un vocabulaire plus que populaire, parfois plus difficile encore à comprendre que le français de Renard…

J’ignore si les interlocuteurs seront aussi truculents que Rochefort et sa vision très personnelle de l’univers de Flaubert, mais je note le rendez-vous. D’autant plus que c’est le Petit Prince qui va ouvrir la marche, parait-il… suivi de L’odyssée, du Père Goriot, du Cid, du Parfum et de Liaisons Dangereuses. Beau programme !

Et vous, pour ou contre la vulgarisation des classiques pour toucher le plus grand nombre ?

A demain,

Matteo

Noël 2015

Toute l’équipe de Short Edition vous souhaite de belles fêtes !

 

 

imgres

Pour le cinéma, vous êtes plutôt américanophile, plutôt francophile, ou plutôt les deux ?

J’ai vu dernièrement deux films qui en disent beaucoup sur la pratique de cet art, qui part de l’écrit bien sûr – puisque tout commence par l’écriture – en France et aux Etats-Unis.

Côté France, une comédie très écrite, et plutôt réussie, Mensonges et Trahisons (et plus si affinités) avec Edouard Baer et Marie-Josée Croze, de Laurent Tirard (2004). C’est efficace, c’est marrant, ça parle d’un nègre spécialisée en littérature commercialo-people qui a un peu de mal à se dévoiler et à s’engager… et je crois vous avoir déjà dit que les dialogues, portés par Edouard Baer, sont bien écrits.

Côté US, une histoire américaine, racontée par les frères Coen et mise en scène par Steven Spielberg, Le Pont des Espions (2015, il vient de sortir). Un parti pris plutôt descriptif, pas d’effort particulier de mise en scène alors que le sujet qui traite d’espionnage en pleine guerre froide s’y prête pourtant très bien, et une histoire très bien ficelée et bien racontée à partir de faits inspirés de la réalité. Avec un énorme Tom Hanks et des images – voire des coups de coude – à l’américaine ! Et là aussi, on passe un très bon moment.

Alors, finalement, il n’y a pas forcément besoin de choisir !

A demain,

Matteo

images

 

Un Pink Floyd dans le TER - UNE

Comment vous dire… Je suis perplexe. Parce que je n’aurais jamais pensé qu’un jour le jingle de la SNCF (le fameux do sol la mi qui n’annonce pas toujours des bonnes nouvelles et trop souvent des retards de train) et Pink Floyd auraient tous les deux une place dans la même phrase.

Et pourtant, mon héros, ma légende, le fabuleux David Gilmour (guitariste et compositeur du groupe) s’est… inspiré du jingle pour écrire une chanson.

Aaaah… perplexité, voire complète perplexitude, je vous dis ! Alors qu’il attendait sur le quai un train qui devait l’amener à Paris, Gilmour aurait entendu les fameuses notes et les aurait enregistrées, en qualifiant même le son de groovy… Résultat : un appel au créateur du jingle plus tard, la collab est lancée et David compose une chanson.

Je m’attends presque à apprendre d’un jour à l’autre que tout ceci n’est qu’un gag. Mais je me dis aussi qu’aux Etats-Unis les trains et les gares jouissent peut être d’une réputation rock & classe et que l’artiste ne s’est pas rendu compte qu’en France les TGV et les TER ne sont pas très glamour.

Ou peut être que je fais mon snob, que le résultat sera incroyable et qu’on louera Gilmour pour son audace. Allez, on y croit ?

A demain,

Matteo

Cie Tete chercheuse

Yves Heck, l’une des voix de Short Edition Podcast, est au Québec, en tournée, avec son spectacle Tête de lecture. Du 27 août au 12 septembre, pour 4 dates à Montréal et 4 dates hors Montréal dans le cadre des Escales Improbables de Montréal (EIM).

Comme on aime cette Tête de lecture qui tourne à La Loge (Paris), on en profite pour le recommander vivement aux Québécois… J’aurais dû y penser avant ! C’est l’article publié dans le magazine ActuaLitté hier qui a fait penser à Sylvia de me demander d’y penser. Et comme il reste encore 4 dates, il est encore temps.

Les 5, 6, 11 et 12 septembre.

Short Edition est évidemment partenaire !

Et pour les amoureux de Yves, il a tourné cet été dans le nouveau long-métrage de Mia Hansen-Love, « L’avenir », avec Isabelle Huppert pour partenaire.

A demain,

Matteo

> L’article

> L’affiche en forme de calendrier (à agrandir en cliquant dessus)

11846646_533959573419714_6450632150927625830_n

 

Des estampes de Miyazaki - UNE

Pour une cure de jouvence mentale, rien ne vaut un bon Miyazaki. Un vrai magicien, qui manipule délicatement, mais à la perfection, les peurs et les sentiments de l’enfance et possède l’art absolu de rendre à ses spectateurs la curiosité et la naïveté qu’ils ont peut-être perdues au fur et à mesure des années.

J’ai adoré Princesse Monoké, j’ai été effrayé devant Le Voyage de Chihiro, et j’ai bien été tenté de verser quelques larmes en regardant Mon Voisin Totoro. Oh, et son dernier, Le Vent se lève… il est magnifique non ?

Et puis j’ai découvert récemment de très belles estampes, travaillées par Kwase Hasui, qui représentent les films de Miyazaki… mais je les ai connues trop tard, toutes les impressions originales sont épuisées.

Je garde quand même le lien, dans un coin de mon PC, pour aller y traîner de temps en temps. Parce que, si vous aussi vous aimez d’amour Miyazaki, vous comprendrez sûrement que j’ai envie d’avoir chez moi un petit rappel de son très grand talent !

A demain,

Matteo

> Le lien est ici. On peut s’en procurer des retirages à 20 € l’unité…

Des estampes de Miyazaki 1

Des estampes de Miyazaki 2

Des estampes de Miyazaki 3

Des estampes de Miyazaki 4

Des estampes de Miyazaki 6

Des estampes de Miyazaki - UNE

 

Rochefort façon street raconte Bovary

« Ils se marient, et puis ils vont crécher dans un bled pérave de Normandie ». Cette phrase sortie de nulle part est extrait d’une vidéo immanquable qu’il vous faut absolument regarder. C’est celle de Jean Rochefort qui résume en langage « djeuns » (mais en utilisant cette formule, on se marque « vieux ») le classique Madame Bovary.

C’est regarder un acteur mythique, un monument du cinéma français âgé de 84 ans expliquer tout naturellement qu’Emma s’ennuie et qu’en conséquence « elle se fait raccommoder la crinoline par des badboys dans des calèches ».

Un régal !

Cette vidéo, c’est à l’initiative des Boloss des Belles Lettres qu’on la doit (un Tumblr qui résume en langage très très familier des classiques de littérature. Drôle à mon sens pour cinq minutes, un peu lourdingue au-delà, mais à vous de voir).

Alors je tire mon chapeau au grand Monsieur Rochefort qui nous a beaucoup fait rire ma copine et moi, avec cette vidéo complètement décalée !

« C’est l’Amour est Dans Le Pré au Club Normandie, c’est gigolo et patates à l’eau, c’est Madame Bovary ».

A demain,

Matteo

 

 

Jean Rochefort résume Madame Bovary en langage… par Breakforbuzz

images

Lettre au père est une lettre écrite, en novembre 1919, par Franz Kafka alors âgé de 36 ans.

Elle n’a jamais été envoyée à son père.

Elle a été publiée intégralement en 1953, dans un recueil, et traduite en français la même année.

On y découvre – lorsqu’on n’est pas un spécialiste de cet auteur – un homme tourmenté qui est tiraillé entre la volonté de dire à son père tous les reproches que cette trop forte personnalité mérite d’entendre (au nom de l’abus de position dominante), la compréhension que la démarche éducative n’est facile pour aucun parent et la tentation d’endosser l’entière responsabilité de la (très grande) difficulté de leur relation.

On y découvre aussi un homme pris dans un problème personnel insoluble, dans un nœud de contradictions, entre réaction, décision, jugements et hésitations… qui fait penser à l’univers créé, par Kafka, dans Le Procès (1925). Un peu comme des sables mouvants. Plus tu bouges, plus tu t’enfonces… et si tu ne bouges pas, tu t’enfonces irrémédiablement.

On y découvre enfin une sensibilité, une fragilité même, toujours étonnante chez un auteur dont le nom est entré dans les très grands classiques de la littérature contemporaine.

La lettre se lit vite… et elle est vraiment intéressante.

Elle est dispo en poche à 2 € (Folio) et gratuitement en eBook sur plein de sites internet. Il y a aussi une version audio enregistrée par André Dussolier. Vous avez donc le choix du support !

A demain,

Matteo

$_35

imgres

Le Palais Idéal - UNE

Qui connait l’histoire du Facteur Cheval ? C’était un homme (réellement facteur qui s’appelait Cheval, comme le contrôleur des impôts du Dîner de cons), né en 1836 et mort en 1924 dans la commune de Hauterives dans la Drôme. Signe distinctif : avoir passé 33 ans à construire sa demeure, un palais fou et naïf, pierre par pierre.

Non content d’avoir érigé ce phénomène depuis classé monument historique, il a ensuite passé huit années supplémentaires à construire son ultime demeure : un tombeau qui lui aussi vaut le détour pour Hauterives.

Au cours d’une de ses tournées, le Facteur Cheval (Joseph Ferdinand Cheval, sur l’état civil) alors âgé de 43 ans bute sur une pierre à la forme bizarre, tourmentée par des siècles de pluie. Cette pierre, appelée plus tard la pierre d’achoppement, sera la première de son premier édifice.

Inspiré et y voyant là un signe, il décide de réaliser un vieux rêve : celui de se construire un palais idéal. Au cours des 33 années qui suivront, l’homme rentrera chaque soir auprès de sa femme avec une brouette de pierres ramassées au cours de sa tournée quotidienne et se fera l’architecte de ce palais hallucinant !

Le résultat est complètement incroyable.

A voir les photos, ma première réaction a été de croire à une erreur iconographique et de penser que la photo d’un palais birman s’était égarée par là. Car l’ensemble est terriblement riche : chacune des façades du palais du Facteur Cheval est une ode à la nature et aux grandes civilisations. On y trouve des momies sculptées, des miniatures de temples hindous et de mosquées mais aussi de chalets suisses, des représentations géantes de César, Vercingétorix et même Archimède !

Il n’a rien écrit, Cheval, mais il a laissé sa trace autrement…

A demain,

Matteo

Le Palais Idéal - 2

Le Palais Idéal - 3

Le Palais Idéal - 4

Pour + de renseignements, c’est par ici !

Quand Hugo dessine - UNE

On connait Victor Hugo pour ses écrits mais trop peu pour ses dessins. Il en a pourtant réalisé plus de 4000 ! Et s’ils restent presque inconnus du grand public, c’est parce que Hugo préférait mettre ses livres en avant, au détriment de son art qu’il se contenait d’offrir en cadeau à ses intimes.

Et si on en parle aujourd’hui c’est parce que dans les illustrations de l’artiste, il y a une leçon à retenir : il est parfois bon de sortir des sentiers battus.

Mais encore, me direz-vous ? Oui parce qu’en les regardant, même s’ils sont très beaux, ces dessins n’ont pas l’air délirants non plus. Mais détrompez-vous : si sa plume était académique et ses mots choisis avec science, ses techniques de dessins, elles, n’avaient rien de classique.

Victor Hugo, en matière d’art, était un explorateur : il peignait avec ses doigts, renversait et étalait du café ou du thé sur ses feuilles et laissait même son inconscient guider sa main gauche (les prémices de la littérature beatnik ?).

Je trouve ça bon de se souvenir que derrière ce grand auteur il y avait un enfant très curieux et fantasque. Ce dont on ne se douterait pas en lisant Les Misérables, pas vrai ?

Un désir d’aventure qu’il ne faut peut-être pas oublier en grandissant et qui est parfaitement compatible avec le métier parfois très sérieux d’écrivain politique.

Je n’irai pas jusqu’à vous proposer de sauter à pieds joints dans les flaques lundi en allant au boulot mais le cœur y est. Consultez la météo avant de partir,  je crois qu’il fera beau dimanche et lundi…

A demain,

Matteo

Quand Hugo dessine - 2

Quand Hugo dessine - 3

Quand Hugo dessine - 4

Quand Hugo dessine - 5