Archives for category: Court mais Culturel

L’intelligence artificielle ne cesse de nous surprendre… Impossible de ne pas vous parler de ma dernière découverte dans ce domaine !

La petite vidéo juste en-dessous, c’est le nouveau hit de Flowmachines, le bébé de Sony. Eh oui, nous tenons là la première chanson de pop composée par une intelligence artificielle ! Incroyable, non ?

Daddy’s Car a été composée par le logiciel après une écoute attentive de 13 000 partitions de type différents (après s’être forgé une culture musicale, donc). Ensuite, le musicien Benoît Carré n’a eu qu’à établir un cahier des charges (durée du morceau, style de musique…) pour obtenir ce titre composé façon Beatles. Et Sony annonce que nous aurons droit à tout un album !

Pas mal, pour un robot ! De là à dire qu’il pourrait être disque d’or… il pourrait lui manquer un soupçon d’originalité créative.

Alors, prêts à écouter, tout préjugé mis de côté ? 🙂

A demain,

Matteo

Michelle Nkamankeng est la plus jeune écrivaine d’Afrique : du haut de ses sept ans, elle a carrément écrit un roman ! Waiting for the waves (pas encore en français mais dispo en anglais), parle d’affronter ses propres peurs et de se dépasser soi-même.

Le personnage, une petite fille joliment nommée Titi, a peur des vagues, et c’est grâce à ses proches et à une bonne dose de courage (et sans doute de maturité), qu’elle parviendra à surmonter ses craintes et à embrasser la beauté de la nature.

Un programme plutôt riche, surtout pour une auteure aussi jeune ! Comme c’est toute une tétralogie qui est prévue (publiée sur les quatre prochaines années), je me demande si ça pourra aussi aider à surmonter l’aquaphobie…

En tout cas, c’est plutôt fou cette maturité, non ?

(et si, comme ma copine, vous êtes très réseaux sociaux, vous pouvez faire le plein d’ondes positives sur sa page Facebook… – ça pourrait vous aider à me pardonner de vous avoir un peu abandonné… mais je me suis fait taper sur les doigts, ça ne recommencera pas !)

Waiting for the Waves, Michelle Nkamankeng, LANSM Publishing, 91 pages, $8,95.

A demain,

Matteo

Alors ça, c’est excellent ! Joseph Herscher est clairement l’incarnation vivante de Wallace, le Wallace de Gromit, pas le Wallace/Mel Gibson de Braveheart… Ce petit génie de la mécanique, d’origine néozélandaise, invente des machines à réactions en chaine complètement folles, loufoques, déjantées, et j’en passe des synonymes !
Vous vous souvenez de la machine de réveil de Wallace ? Eh bien, on n’en est pas loin. En fait, on en est même encore plus loin, puisque l’une de celles de Herscher sert à… casser les œufs de Pâques ! Et une autre à éplucher des oignons et à coller des timbres dans la foulée.

Bref, je ne vous en dis pas plus. Je vous encourage plutôt à vous régaler avec ses inventions tout à fait barrées, et même à garder un œil sur sa chaine Youtube pour plus de régalades.

Et pourquoi pas, en passant, vous ne réfléchiriez pas au type de machine folle que vous aimeriez avoir chez vous ? Moi, je ne serai pas contre un dispositif qui me sèche/me coiffe/me parfume en une minute en sortant du bain. Mais pas de machine à tourner les pages de son livre, je préfère continuer à m’en occuper !

A demain,

Matteo
 
Note spéciale en forme de mot d’absence : Désolé de ce long silence, j’étais parti en vacances avec les clés du blog…

The Page Turner by Joseph Herscher from Matt Owen on Vimeo.

Veni, vidi, vici, encore, ça va… Tu quoque fili, passe encore… Mais n’ayant pas pris l’option latin au collège/lycée, j’avoue que pour le reste, je suis un peu largué. Et Astérix me va très bien pour les sessions de rattrapage.

J’ai en effet découvert avec plaisir – sous le sapin et dans ma chaussure – ce petit opus d’Astérix, qui n’en est pas vraiment un mais qui explique la signification et l’origine des locutions latines les plus connues.

Les bandes-dessinées d’Uderzo et Goscinny en regorgent, et je me souviens que, petit, je me renseignais souvent sur leur traduction et leur origine. Je crois que je préférais in vino veritas ! Comme on apprend toujours mieux en s’amusant, je propose de boire en apprenant…

Cogito, ergo sum, en somme. En tout cas, je compte sur les pouvoirs comiques de César pour faire rentrer quelques notions de latin dans ma cervelle de bloggeur !
Et ne m’en voulez donc pas si je ponctue, dans les prochaines semaines, mes billets de quelques citations un peu pompeuses…

A demain,

Matteo

> Astérix, Les citations latines expliquées de A à Z, Editions du Chêne, octobre 2016, 160 pages, 14,90 €

images

Je suis d’humeur jeunesse ces temps-ci. Voilà une nouvelle trouvaille : un site qui vous propose de faire écrire vos enfants… ou vos petites soeurs. En utilisant le mécanisme de la correspondance. On part d’un cadre (un royaume, un personnage et quelques lettres qui appellent des réponses) et l’enfant donne ses instructions (puisqu’il est reine ou roi), explique peut-être aussi ses décisions… et en marchant doit construire une histoire avec les (1 à 12 réponses) qu’il recevra par courrier. Pas mal, comme idée. C’est pas donné (de 15 à 120 €), mais ça peut valoir le coup d’essayer : le risque de se prendre au jeu est réel.

Comme je n’ai pas essayé, qu’il est difficile d’évaluer le degré de personnalisation du gars de l’autre côté de la boîte aux lettres qui va répondre, je ne peux pas vous en dire +…

Vous avez un avis ?

A demain,

Matteo

Bannir les heures de colle 2

Etonnant mais séduisant ! A l’école américaine W. Coleman, à Baltimore, les heures de colle ont disparu au profit de la méditation… Plutôt que de parquer les élèves difficiles dans une salle tristounette et de leur imposer des lignes, l’école a choisi de construire une « mindful moment room » une sorte d’endroit de repos pour l’esprit.

Ainsi, les jeunes élèves (puisque c’est une école primaire) auxquels on aurait en principe collé une colle ou une punition passent un moment dans cette salle et pratiquent la méditation, découvrent des exercices pour améliorer leur respiration et sont bien sûr encouragés à dialoguer avec le professeur à propos des problèmes qu’ils rencontrent.

La technique semble marcher puisque depuis deux ans qu’elle l’applique, l’école n’a eu à procéder à aucun renvoi d’élève (l’histoire ne dit pas à quel point ces renvois étaient fréquents avant).

Je veux bien croire qu’il s’agisse d’une méthode pédagogique bien plus efficace que la punition. De plus, même si j’avoue ne pas être très versé dans la méditation, je connais les bienfaits pour le dessin ou la chanson des exercices de respiration. Il me semble donc assez évident qu’ils doivent être utiles pour apprendre à contrôler sa colère et ses réactions. Et peut-être même pour se préparer à l’écriture !

On m’avait dit un jour qu’un excellent exercice consiste à s’efforcer de détendre chaque partie de son corps avant de s’endormir. J’ai tenté le coup plusieurs fois. C’est très très difficile mais très agréable aussi ! Vous avez déjà essayé ce genre de choses ? Avant de dormir…  de lire ou d’écrire ?

A demain,

Matteo

Bannir les heures de colle 3

Bannir les heures de colle 4

Un Lauréat qui peint le Livre UNE

« Alors ça, c’est très, très joli » dixit ma voisine de lit. Je suis tombé sur ces illustrations de l’artiste Coréen Jungho Lee, et ma copine les a adorées. Jungho Lee intègre le livre dans l’univers du quotidien en dessinant d’abord les images à la main puis en leur appliquant un filtre rappelant la patte des artistes surréalistes les plus connus (son préféré, c’est Magritte). Il a même remporté le titre de Lauréat du concours World Illustration Award 2016. Plutôt prestigieux.

En passant, vous pouvez aller faire un tour sur la page des gagnants, ça a donné furieusement envie à ma copine d’attraper son crayon et de griffonner des petites choses !

Et ses jolies illustrations (celles-ci, pas les siennes), qu’elle trouve bourrées de poésie à n’en plus pouvoir et si douces à regarder, elle a envie de toutes les imprimer, de les encadrer et de les accrocher autour de notre lit. Elle pense que ça ferait de parfaits attrape-rêves… Je trouve ça… intéressant, mais je crois que je n’irais pas jusque-là ! Et vous, vous en pensez quoi ?

A demain,

Matteo

Un Lauréat qui peint le Livre 2

Un Lauréat qui peint le Livre 3

Un Lauréat qui peint le Livre 4

Un Lauréat qui peint le Livre 5

Un Lauréat qui peint le Livre 6

Un Lauréat qui peint le Livre 7

Un Lauréat qui peint le Livre 8

Un Lauréat qui peint le Livre 9

Un Lauréat qui peint le Livre 10

Un Lauréat qui peint le Livre 11

emily-celle-qui-fascine-une

Tiens, tiens, Emily Brontë aurait-elle encore des secrets ? Il paraît… Et c’est pas moi, c’est sa biographe, Claire Harman, qui le dit.

Selon elle, l’analyse des témoignages des membres de la famille d’Emily et l’analyse de son écriture mènent à une conclusion assez inattendue : l’auteur du classique des classiques, Les Hauts de Hurlevent, aurait été atteinte du syndrome d’Asperger…

Colères folles, incompréhension face au jeu social, refus de quitter la maison, malaise en public… « Contenir Emily, protéger Emily, ne pas inquiéter Emily faisaient partie des préoccupations de l’ensemble du foyer », déclare Harman. Ajoutant à ces éléments cet incroyable talent à créer des univers troublants, fascinants et très forts, la biographe estime qu’il y aurait de bonnes chances qu’Emily ait effectivement été atteinte de ce syndrome très impactant sur la vie sociale des gens. Une personnalité hors du commun, donc, dotée d’un génie créateur et, d’une certaine manière, d’une liberté créatrice totale…

A demain,

Matteo

Note : les 3 sœurs Brontë ont posé pour la photo… Pas un sex appeal phénoménal et d’ailleurs, à votre avis, qui est qui ?

des-livres-derriere-les-barreaux-une

Les bénéfices thérapeutiques de la lecture ne sont plus à prouver : les grands lecteurs sont réputés être plus sensibles, plus empathiques, davantage capables d’analyser les sentiments des autres et de se mettre à leur place. Ils ne sont pas parfaits… mais ils devraient l’être !

Pas très étonnant alors, mais cependant très réjouissant, que les policiers de Londres aient choisi d’étendre le pouvoir des livres à leurs gardés à vue ! Je n’ai pas trouvé de date précise concernant le début de cette initiative. On sait en revanche que c’est un policier volontaire de Londres qui a introduit le projet dans les commissariats. En partenariat avec une association de bienfaisance, Give A Book, qui distribue des livres aux écoles et aux prisons, les policiers sont parvenus à offrir aux prisonniers un joli choix de lectures, et en plusieurs langues.

Pour l’info, la lecture en prison en Grande-Bretagne a été grandement freinée par une limitation légale, datant de 2013 et visant à réduire fortement l’entrée des livres en prison, par peur qu’elle ne s’accompagne de trafics de produits illicites. Cette mesure avait incité de très nombreux et fameux écrivains (Salman Rushdie, Ian McEwan, Philip Pullman, Irvin Welsh, etc.) à rédiger une belle lettre ouverte pour combattre cette interdiction. Dans cette lettre, cette citation : « les livres représentent une bouée de sauvetage derrière les barreaux, une manière de nourrir l’esprit et de remplir les nombreuses heures que les détenus passent enfermés dans leur cellule ».

La curatrice de l’association Give A Book a bien l’air de partager cet avis puisqu’elle affirme que « la lecture peut ouvrir une porte et aider à transformer la vie des gens ».

On a du mal à ne pas être d’accord avec elle, non ?  

A demain,

Matteo

Note : vous avez peut-être reconnu l’image extraite du film Les Evadés (Shawshank Redemption, pour ceux qui pratiquent la VO) !

sortir-du-cadre-de-la-photo-une

Derrière chaque cliché mythique, c’est-à-dire inscrit dans presque toutes nos rétines, il y a un contexte, un décor, un photographe. Et parfois des conséquences dramatiques, ou au contraire inespérées (mais c’est plus rare). Je suis tombé sur cette série d’articles très intéressants publiée par le Nouvel Obs, et j’ai eu très envie de vous la montrer. L’idée des rédacteurs a été de revenir sur des clichés mondialement connus, souvent rattachés à des événements historiques et d’en raconter les coulisses.

J’en connaissais déjà la plupart, très, très largement diffusés par la presse, les médias, et même parfois les manuels scolaires. Tiens, justement, la photo de la mère migrante de la Grande Dépression, je la connaissais car elle illustre mon édition du best-seller de Steinbeck, Les raisins de la colère, je connaissais son contexte, mais moins l’histoire personnelle de la dame en question…

Dans la plupart des cas, je confesse que j’ignorais le pourquoi du comment de la photo, l’histoire personnelle de ceux qui y figurent et ce qu’ils sont devenus.

Celle des athlètes des JO de 1968 et de leurs gants noirs, levés pour dénoncer l’oppression de la communauté afro-américaine des Etats-Unis, par exemple. Ou celle de Kathrine Switzer, première femme à participer officiellement à un marathon.

Je vous conseille donc de parcourir les articles de la série (tous disponibles en bas du lien), on y remet en perspective ce que l’on croyait voir. Et ça ne fait jamais de mal, même si ce n’est pas toujours littéraire !

A demain,

Matteo