Archives for category: Court mais Buzz

Ça faisait longtemps depuis les dernières petites devinettes ! Alors, pour vous, j’ai plongé dans les méandres d’Internet, et entre deux photos de chats, j’ai trouvé de quoi nous creuser la tête…

Les designers Levan Patsinashvili et David Babiashvili ont donc produit ces petites étiquettes que je vous propose : chaque date est mise en forme en fonction de l’évènement qu’elle relate.

C’est ingénieux, et on apprécie ce jeu avec la typographie… J’admets que quelques-unes m’ont bien collé ! Et vous ?
(On peut deviner les réponses en bas à droite de l’image, mais je fais confiance à vos connaissances et votre sens de l’analyse pour m’éblouir avec votre score !)

1. Assassinat de John F. Kennedy

2. Naissance de McDonald’s

3. Naissance des Beatles

4. Première sortie de Pac-Man

5. Naissance de Salvador Dali

6. Premier clonage réussi d’un mammifère

7. Edmund Hillary and Tenzing Norgay sont les premiers à atteindre le sommet de l’Everest

8. Publication du Petit Prince

9. Rosa Parks refuse de laisser son siège de bus à un passager blanc

10. Sortie du premier Star Wars

11. Le naufrage du Titanic

 

A plus tard pour les réponses !

Matteo

Alors ça, c’est excellent ! Joseph Herscher est clairement l’incarnation vivante de Wallace, le Wallace de Gromit, pas le Wallace/Mel Gibson de Braveheart… Ce petit génie de la mécanique, d’origine néozélandaise, invente des machines à réactions en chaine complètement folles, loufoques, déjantées, et j’en passe des synonymes !
Vous vous souvenez de la machine de réveil de Wallace ? Eh bien, on n’en est pas loin. En fait, on en est même encore plus loin, puisque l’une de celles de Herscher sert à… casser les œufs de Pâques ! Et une autre à éplucher des oignons et à coller des timbres dans la foulée.

Bref, je ne vous en dis pas plus. Je vous encourage plutôt à vous régaler avec ses inventions tout à fait barrées, et même à garder un œil sur sa chaine Youtube pour plus de régalades.

Et pourquoi pas, en passant, vous ne réfléchiriez pas au type de machine folle que vous aimeriez avoir chez vous ? Moi, je ne serai pas contre un dispositif qui me sèche/me coiffe/me parfume en une minute en sortant du bain. Mais pas de machine à tourner les pages de son livre, je préfère continuer à m’en occuper !

A demain,

Matteo
 
Note spéciale en forme de mot d’absence : Désolé de ce long silence, j’étais parti en vacances avec les clés du blog…

The Page Turner by Joseph Herscher from Matt Owen on Vimeo.

Des leçons danoises d'empathie

Les pays nordiques ont l’habitude de faire les choses différemment. Et sur certains points, eh bien je trouve qu’ils font mieux… et qu’ils ont raison d’essayer des trucs nouveaux ! Un peu comme à Baltimore, finalement… dont je vous ai parlé dans mon dernier post.

J’ai appris il y a peu de temps qu’à l’école au Danemark, les élèves de 6 à 16 ans suivent une heure obligatoire de cours par semaine à propos… de l’empathie !

Durant cette heure de cours, la classe doit coopérer pour résoudre des problèmes fictifs (parce que très réels pour énormément d’enfants) tels que la solitude, le harcèlement scolaire, la brutalité… Le groupe doit parvenir à se mettre du mieux possible à la place de l’autre afin de comprendre ses sentiments et à réagir dans son intérêt. Une idée qu’on devrait peut-être creuser en France lorsque l’on voit à quel point le harcèlement scolaire peut faire des ravages… Avec peut-être, un peu d’écriture !

Quoi qu’il en soit, les professeurs danois estiment que ces cours œuvrent dans l’intérêt de tous, puisqu’ils préparent aussi de futurs citoyens, qui seront confrontés aux émotions des autres tout au long de leur vie. Leur apprendre l’empathie, c’est leur apprendre à vivre ensemble…

Très complémentaire de la lecture, finalement !

A demain,

Matteo

Bannir les heures de colle 2

Etonnant mais séduisant ! A l’école américaine W. Coleman, à Baltimore, les heures de colle ont disparu au profit de la méditation… Plutôt que de parquer les élèves difficiles dans une salle tristounette et de leur imposer des lignes, l’école a choisi de construire une « mindful moment room » une sorte d’endroit de repos pour l’esprit.

Ainsi, les jeunes élèves (puisque c’est une école primaire) auxquels on aurait en principe collé une colle ou une punition passent un moment dans cette salle et pratiquent la méditation, découvrent des exercices pour améliorer leur respiration et sont bien sûr encouragés à dialoguer avec le professeur à propos des problèmes qu’ils rencontrent.

La technique semble marcher puisque depuis deux ans qu’elle l’applique, l’école n’a eu à procéder à aucun renvoi d’élève (l’histoire ne dit pas à quel point ces renvois étaient fréquents avant).

Je veux bien croire qu’il s’agisse d’une méthode pédagogique bien plus efficace que la punition. De plus, même si j’avoue ne pas être très versé dans la méditation, je connais les bienfaits pour le dessin ou la chanson des exercices de respiration. Il me semble donc assez évident qu’ils doivent être utiles pour apprendre à contrôler sa colère et ses réactions. Et peut-être même pour se préparer à l’écriture !

On m’avait dit un jour qu’un excellent exercice consiste à s’efforcer de détendre chaque partie de son corps avant de s’endormir. J’ai tenté le coup plusieurs fois. C’est très très difficile mais très agréable aussi ! Vous avez déjà essayé ce genre de choses ? Avant de dormir…  de lire ou d’écrire ?

A demain,

Matteo

Bannir les heures de colle 3

Bannir les heures de colle 4

271 - un pigeon lettré UNE

Quand j’entends les pigeons voler au-dessus de ma tête ou quand je me pose sur une terrasse ombragée, je me voûte, je rentre les épaules et je croise les doigts. Souvenir, peut-être d’un jour de lycée où un pigeon s’était montré très précis me contraignant à passer la journée avec de la fiente dans les cheveux.

Mais ils pourraient bien remonter dans mon estime, ces petits bestiaux. Grâce à une équipe de chercheurs américains qui se sont penchés sur leurs cerveaux pas trop mal fichus et qui ont fait une découverte assez ahurissante : les pigeons peuvent apprendre à lire !

Je ne reproduirai pas ici leur méthode d’apprentissage parce que c’est trop compliqué pour moi. Mais il en ressort que leurs pigeons les plus prometteurs ont été capables, après beaucoup d’exercices sur une période de huit mois, de faire la différence entre des suites de quatre lettres sans signification et des suites de lettres formant des mots réels ! Certains pigeons ont même été capables de garder en mémoire jusqu’à 58 mots.

Les chercheurs le précisent bien : le pigeon n’apprend pas à lire, tant pis, mais certains de leurs pigeons sur-entraînés sont en fait parvenus à identifier les mots comme des schémas, des visuels, et à les enregistrer dans leur mémoire. C’est un peu la méthode globale réinventée par le pigeon, finalement !

On pourrait leur apprendre à viser ailleurs, alors !

A demain,

Matteo

Mode d'emploi à l'usage de ceux qui veulent tuer le débat UNE

« Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1 ». C’est la loi de Godwin, énoncée en 1990 par ce bon Mike pour Usenet* et étendue depuis avec succès à Internet. D’abord conçue pour les dialogues en ligne (commentaires, chat, etc.), on remarque qu’elle s’applique aussi au face-à-face.

Le principe est très simple : pas mal de gens qui finissent par être à court d’arguments dans un débat font une analogie douteuse entre l’opinion de leurs opposants et le nazisme.

Face à cette comparaison, l’opposant ne peut plus débattre, puisque rien ne peut justifier le nazisme.

Pensez-y la prochaine fois que vous participez à un débat houleux qui traine en longueur ! Pour ma part, je l’ai déjà constaté et ça m’a fait rire en douce.

En dehors de la loi de Godwin, il existe une foultitude de techniques pour tuer le débat et contourner son adversaire sans pour autant avoir le moindre argument valable.

Pour les connaître, je vous conseille de consulter la page Moisissures argumentatives du site CorteX, qui est une véritable perle : c’est très drôle et pas si caricatural ! Le « faux dilemme » par exemple consiste à réduire le débat à deux choix possibles dont l’un est impossible à assumer, pour forcer son adversaire soit au ralliement, soit au ridicule . Ecoutez les débats en politique, vous en entendrez souvent de vrais faux dilemmes !

Je vous invite donc à débattre de n’importe quel sujet en utilisant uniquement et seulement des moisissures argumentatives, vous verrez ce n’est tout de suite facile de faire preuve de mauvaise foi, mais ça vient vite…

A demain,

Matteo

* – Pour ceux que ça démange de ne pas comprendre un terme et qui – comme moi – ne sont pas spécialistes, Usenet est un système en réseau de forums crée en 1979 sous environnement Unix. 

** – La photo d’illustration est extraite de la série Park And Recreations, de l’épisode 20 de la saison 4, intitulé The Debate

la-plus-belle-des-staches-une

Plus qu’un look, un art… Saviez-vous que la moustache et la barbe ont leurs concours ?

C’était la quatrième édition cette année, et elle prenait place à Nashville, Tennessee. Ils sont décidément imaginatifs et organisés ces Américains ! Le photographe Greg Anderson était sur place et son site regorge de photos très réussies de ce concours des plus fantastiques ‘staches et barbes. Certains y mettent clairement beaucoup de cœur.

On ne va pas revenir sur le phénomène de mode que représente les favoris, mais là, il faut reconnaître que l’art de cultiver son poil est porté à un tout autre niveau, limite accessoire de haute couture.

Culotté, unique, soigné à l’extrême. L’affaire devient un job à temps plein, voire un vice ! Et devrait inspirer des auteurs.

Tiens d’ailleurs, en parlant de poils, ma copine se demandait la dernière fois s’il était possible d’épiler la barbe masculine ? Et si oui, pourquoi ça ne se fait pas ? Alors qu’on doit – si on décide de le vouloir – jouer avec son rasoir tous les jours et que la plupart des hommes trouvent ça plutôt contraignant.

A votre avis, le fait qu’on ne s’épile pas, c’est pour un motif physique ou c’est plutôt social ?

A demain,

Matteo

Note 1 : Pas de malentendu, je ne me porte pas volontaire pour essayer l’épilation !

Note 2 : On avait publié une histoire de poils, sur Short. En voici le lien d’ailleurs : Un homme bien regardant de Paulbrandor.

la-plus-belle-des-staches-2

la-plus-belle-des-staches-3

la-plus-belle-des-staches-4

la-plus-belle-des-staches-5

la-plus-belle-des-staches-6

la-plus-belle-des-staches-7

lancer-de-readers-digest-une

Les bibliothécaires aussi, ils ont des jeux qu’ils pensent olympiques ! Et c’est tout nouveau tout beau puisque la première édition de ces Olympiades spéciales a été organisée en juin 2016 dans l’Ohio. Ce sont deux étudiants de l’université de Dayton qui ont eu la bonne idée, et ils pensent qu’il est essentiel de faire perdurer, et de diffuser ces jeux parce qu’ils contribuent à améliorer le lien entre le public et la bibliothèque (et donc la culture !).

Au programme : empilage d’ouvrages académiques, lancer de revues, concours de vitesse de rangement, course en chariot, concours d’équilibre avec un gros tome perché sur la tête…

Du bon, du sérieux et du quand même rigolo.

Pas mal comme idée non ? Peut-être même plus divertissant que certaines disciplines des JO !

A demain,

Matteo

lancer-de-readers-digest-2

lancer-de-readers-digest-3

lancer-de-readers-digest-4

sortir-du-cadre-de-la-photo-une

Derrière chaque cliché mythique, c’est-à-dire inscrit dans presque toutes nos rétines, il y a un contexte, un décor, un photographe. Et parfois des conséquences dramatiques, ou au contraire inespérées (mais c’est plus rare). Je suis tombé sur cette série d’articles très intéressants publiée par le Nouvel Obs, et j’ai eu très envie de vous la montrer. L’idée des rédacteurs a été de revenir sur des clichés mondialement connus, souvent rattachés à des événements historiques et d’en raconter les coulisses.

J’en connaissais déjà la plupart, très, très largement diffusés par la presse, les médias, et même parfois les manuels scolaires. Tiens, justement, la photo de la mère migrante de la Grande Dépression, je la connaissais car elle illustre mon édition du best-seller de Steinbeck, Les raisins de la colère, je connaissais son contexte, mais moins l’histoire personnelle de la dame en question…

Dans la plupart des cas, je confesse que j’ignorais le pourquoi du comment de la photo, l’histoire personnelle de ceux qui y figurent et ce qu’ils sont devenus.

Celle des athlètes des JO de 1968 et de leurs gants noirs, levés pour dénoncer l’oppression de la communauté afro-américaine des Etats-Unis, par exemple. Ou celle de Kathrine Switzer, première femme à participer officiellement à un marathon.

Je vous conseille donc de parcourir les articles de la série (tous disponibles en bas du lien), on y remet en perspective ce que l’on croyait voir. Et ça ne fait jamais de mal, même si ce n’est pas toujours littéraire !

A demain,

Matteo

xvm324b3742-759c-11e6-ac5c-63a934f078a7

Le 7ème Championnat du monde de cache-cache a eu lieu en septembre dernier en Italie. Avec pour la première fois en 2016, une équipe non italienne – ce qui est tout de même important pour une compétition mondiale -, qui était française… Qui a triomphé des 63 autres équipes et de leurs 315 cachottiers !

Il s’est déroulé dans le village fantôme des Alpes italiennes, Consonno.

Pour l’histoire, Consonno avait été construit en 1968 et avait pour ambition de faire pâlir Las Vegas. Un promoteur à la fois imaginatif et ambitieux désirait en faire un haut lieu de la fête et du divertissement. Déserté depuis 1976, le lieu regorge de cachettes et possède un petit côté surnaturel qui ne déplaira pas aux amateurs de cache-cache…

Sur un terrain de jeu de 25 000 m², les organisateurs ont disposé des cachettes en tous genres et les participants devaient essayer d’atteindre un ballon central sans être vus… C’est finalement du cache-cache en mode 1-2-3 soleil ! Pour 25 € (par joueur) qui permettent de jouer et de dormir au camping du coin, on peut y participer en équipe de 5.

Plutôt rigolo, non ? Il y aurait peut-être même matière, vu le décor et le contexte, à en faire une bonne nouvelle… A moins qu’on leur conseille des lieux d’auteur comme la Barcelone de Zafon, le Poudlard de Rowling ou le fort Bastiani (du Désert des Tartares) de Buzzati !

A demain,

Matteo

un-championnat-du-monde-de-cache-cache-une