Archives for category: Court mais Buzz

Cette semaine, j’innove, et vous propose un post tourné vers la communauté ! Parce qu’on adore le format court, mais on reste ouvert… et autant se l’avouer, on aime aussi se plonger dans un bon bouquin (limite pavé) de temps en temps !

Alors je mixe ces deux infos, et de mon blender ressortent 4 auteurs qui se sont essayés au format long, sur papier, chez des éditeurs traditionnels !


Patrick Ferrer, à l’écriture frissonnante et plutôt noire
(au bureau, on se souvient toujours avec une petite pointe d’effroi de sa nouvelle Près du lac de Vermaudit) a été le premier à passer de l’aventure numérique au papier ! Après un succès numérique détonnant sur Amazon Publishing – qui lui a valu de se distinguer dans le Top 10 des meilleurs romans indépendants de l’année 2015 –, Le Baiser de Pandore est passé au format broché et a su convertir ses lecteurs. Bref, un petit pavé de 550 pages, publié chez Incartades Éditions, à l’intrigue dense et prometteuse dès la 4e de couverture.

Thierry Covolo, lui, a rejoint les rangs des auteurs de nouvelles aux éditions Quadrature ! Son recueil, sorti en avril 2018, s’intitule La plus jeune des frères Crimson. Oui, vous avez bien lu : cet article au féminin a fait grimper mon intérêt à un niveau supérieur !
Si on lui reconnaît « un certain penchant pour la littérature américaine » sur ce recueil, chaque lecteur peut pourtant trouver son plaisir dans son écriture ! Sur Short Édition, il sévit autant en suspense qu’en surnaturel… ou en jeunesse. Si je devais vous conseiller une nouvelle pour commencer (et cela n’engage que moi – mais c’est un engagement à 100 % !), ce serait Mauvaise Passe… frigorifiante !

Dans une écriture très différente – mêlant inextricablement la force des éléments à celle des sentiments -, Sylvia de Rémacle fait également sa sortie cette année avec La Racine (Librinova) : son roman nous plonge au coeur de l’existence tourbillonante d’Aurèle Racine, descendante de corsaire.
Aux premières heures de Short Édition, elle avait déjà publié un recueil de nouvelles, autour de sa nouvelle Moïse (dont la puissance des émotions ne laisse personne indifférent).

Ultime saveur de mon cocktail, Elodie Torrente a annoncé la sortie de VOSTFR (Version originale sous-titrée français) chez NDB éditions. Un roman sensible s’articulant autour du sujet très intéressant, quoiqu’il fasse assez peu parler de lui, de la surdité – de sa place dans la vie quotidienne comme dans le monde du cinéma.
De la sensibilité autour de sujets émouvants, Elodie nous avait montré qu’elle savait s’y prendre dans La visite… pourtant on connaît son penchant pour l’humour, que l’on retrouve souvent au coin de ses mots.

Alors vous comprenez que je me sois fait un peu discret… entre mes recherches de pépites culturelles à vous montrer, mes quelques lectures sur le site et ces 4 recommandations, mes journées sont bien remplies (et j’y consacrerai bien mes soirées, mais pas sûr que ma copine apprécie… !)

A bientôt,

Matteo

crédits : camera presse/Bill Potter

Qu’on les apprécie ou non, il faut reconnaître que certaines œuvres sont profondément ancrées dans notre culture… comme Le Seigneur des anneaux, la référence fantastique !

Pas étonnant donc que la Bibliothèque nationale de France, en collaboration avec la bibliothèque de Bodley de l’université d’Oxford, prépare pour 2019 la plus grande exposition consacrée à J.R.R. Tolkien jamais organisée en France !

Et si, comme ma copine, vous êtes trop impatient pour découvrir cette merveille,  sachez qu’une partie de la collection sera d’abord exposée à la bibliothèque de Bodley (rappelons que c’est à Oxford que Tolkien a fait ses études). C’est à partir du 1er juin que l’on pourra découvrir en avant-première l’exposition Tolkien : Créateur de la Terre du Milieu.

Le programme annonce plus de 200 objets présentés : les ébauches manuscrites du Hobbit, exposées avec des aquarelles, des projets de couvertures, des dessins et des cartes destinées à être publiées. Sans oublier les manuscrits originaux du Seigneur des anneaux et du Silmarillion, et quelques éléments de sa vie personnelle… ou encore  la carte de la Terre du Milieu, annotée de la main de Tolkien.

Avis aux connaisseurs 😉

 

À bientôt
Matteo

Alerte job de rêve pour tous les fans de Prince ! Une offre d’emploi propose de devenir le chanceux (ou la chanceuse) conservateur en chef des archives de l’artiste.

Après son décès, les secrets de Prince se sont dévoilés petit à petit… Une bonne nouvelle pour les plus grands fans, car cela va permettre à Warner de publier des albums inédits (dont un prévu en septembre prochain.) Vous vous demandez, mais d’où sortent tous ces trésors ? Eh bien la plupart des morceaux sont tirés de The Vault (« la crypte »), le lieu où Prince conservait ses archives personnelles, à Paisley Park (États-Unis) !

Au coeur de cette crypte se cacherait entre 1000 et 2000 morceaux inédits, ainsi que des documents, photographies et films qui permettront sans doute de retracer la carrière du prodige musical et de cerner ses inspirations ! Mais il ne faudra visiblement pas compter ses heures. L’annonce précise que l’on doit être prêt à sacrifier « les week-end, vacances, soirées et ne pas craindre les heures supplémentaires ».

Mais qui ne tente rien n’a rien… c’est décidé j’envoie ma candidature ! 😉

 

À bientôt !
Matteo

American Gothic – Grant Wood

Fan de Star Wars depuis toujours, je me devais de partager avec vous cette petite découverte artistique ! Une belle preuve que même alors que je me perds de clics en clics en attendant mon rendez-vous, je pense à vous !

J’ai beaucoup aimé ces détournements de l’écossais David Hamilton, qui s’est amusé à inclure des personnages de Star Wars à des peintures classiques célèbres.

Et encore une fois quand les classiques de la peinture rencontrent la pop culture, l’effet est incroyable !

Je vous laisse, à votre tour, découvrir les grands maîtres revisités à la sauce Jedi en images…

Le Cri – Edvard Munch

Main tenant un miroir sphérique – M.C. Escher

Nighthawks – Edward Hopper

La Jeune Fille à la perle – Johannes Vermeer

Les Éléphants – Salvador Dali

La Nuit étoilée – Vincent van Gogh

Tête de Chien – Renoir

Paul Cézanne – Pyramide de crânes

Claude Monet – Femme à l’ombrelle

Edouard Manet – Olympia

Katsushika Hokusai – La Grande Vague de Kanagawa

Edgar Degas – La classe de danse

Renoir – Le Déjeuner des canotiers

Jack Vettriano – Le majordome chantant

Georges Seurat – Un dimanche après-midi à l’Île de la Grande Jatte

Andy Warhol – Elvis I & II

Jackson Pollock – Number 1

 

À bientôt !

Matteo

Lors de mes petites escapades parisiennes, en bon flâneur, il m’arrive parfois de m’arrêter dans un bar pour me détendre loin des bruits des klaxons. Tirant un bon livre de mon sac, j’aime m’installer dans le fond pour me laisser transporter par l’histoire.
Alors, imaginez mon enthousiasme lorsque j’ai découvert un bar littéraire !

Impossible de passer devant La Belle Hortense sans remarquer sa devanture bleu vintage. Intrigué, j’ai poussé la porte, et découvert la lumière tamisée, les fauteuils confortables et une sélection de romans et de beaux livres (dispo à la lecture… ou à l’achat, si on est conquis)… Le vrai plus : on peut se laisser séduire par un bon verre de vin pour accompagner sa lecture ! Voire s’approvisionner en cas de petit creux entre deux chapitres… si on ne lit pas une histoire courte !

Et vous aussi, vous pensez que littérature et œnologie sont très (très) compatibles ? 🙂

À très vite !
Matteo

Salon Livre Paris 2017

On vous l’a dit, on arrive avec une (énorme) surprise… Lors du Salon Livre Paris, nous vous présenterons, en avant-première et en exclu mondiale, un prototype de Distributeur de BD courtes (DBDC pour les intimes) !

Avec son beau pupitre tout rose (couleur des BD de Short Edition !) le DBDC a, non pas trois comme son confrère le DHC (Distributeur d’Histoires Courtes, vous suivez ?), mais deux boutons ! À vous de choisir entre les deux encriers déversant des vignettes à thématique – imaginés par Pueblo (que vous connaissez certainement) ! L’un réveillera le rêveur, l’aventureux ou encore l’amoureux qui est en vous, l’autre plutôt humoristique égayera une journée !

Alors, on hâte que vous veniez l’admirer, et pourquoi pas appuyer sur un bouton pour repartir avec votre BD format papyrus.

La team Short vous attend donc avec impatience dans la ville de la Dame de fer !

À bientôt !
Matteo

J’ai toujours trouvé que les Anglais avaient les meilleures idées…
Pour marquer la journée du 8 mars, une boutique éphémère proposant uniquement des livres écrits par des femmes a ouvert à Londres !

De quoi ravir les plus féministes d’entre nous !

A l’origine de ce pop-up store intitulé « Like A Woman » : Penguin et Waterstones ! Les premiers étant une grande maison d’édition (dont je suis totalement fan !), et les seconds une chaîne de librairies super réputées au Royaume-Uni.

Leur objectif ? « Célébrer l’obstination des femmes qui se sont battues pour le changement : celles qui se battent, se rebellent et crient #LikeAWoman. »

Et les écrivaines en question ? Penguin et Waterstones ont réuni plus de 200 écrivaines dont Elena Favilli, Jacqueline Wilson, Malorie Blackman, Francesca Cavallo, Kate Atkinson, Elif Shafak, mais aussi Anne Frank ou encore Mary Wollstonecraft.

Et, petite cerise sur ce gâteau éphémère, des événements littéraires sont organisés dans la boutique et le montant des recettes ira à l’organisation Solace Women’s Aid (qui aide les survivantes de violences domestiques à Londres).

See you soon!
Matteo

On a tous en tête le cliché de la bibliothécaire pas drôle du tout qui passe sa journée à lire, lunettes sur le bout du nez, et à marmonner toute seule. Alors qu’au contraire, avec leur culture sans faille construite grâce aux livres, ces bibliothécaires ne manquent pas d’humour (et d’imagination) !

Si on se met à leur place, on peut comprendre leur lassitude quand les usagers posent à longueur de journée des questions plutôt incongrues…

Par solidarité (et parce que ça m’a beaucoup fait rire), voilà un échantillon des meilleures blagues faites pour se moquer gentiment des lecteurs !

 

Le rayon : « Je ne me souviens plus du titre, mais la couverture était rouge. »

 

« Merci pour votre patience. Notre rayon sur la procrastination sera bientôt installé. »

 

« Bientôt un nouveau rayonnage ! En attendant, profitez de nos livres invisibles ! »

 

« Parfois je porte mon chapeau panda au travail. Voilà à quoi je ressemble quand les personnes entrent dans la bibliothèque. »

 

« Les dinosaures ne lisaient pas. Résultat : ils se sont éteints. Mais heureusement le Thésaurus a survécu ! »

 

« Je suis allé à la bibliothèque, et j’ai accidentellement fini dans Interstellar… »

 

Et vous, avez-vous déjà vécu une expérience similaire ?

À bientôt !

Matteo

 

Des crayons à papier il y en a un peu partout chez moi… c’est pas ma faute, Ikea me rend un peu cleptomane. J’avais promis à ma copine d’essayer de me maîtriser mais quand j’ai découvert Sprout, je me suis dit qu’il m’en fallait un !

Cette invention est géniale ! Sprout (qui veut dire germer en anglais) est aux premiers abords un crayon tout à fait banal. Mais lorsqu’il arrive en fin de vie, il prend tout son sens en se transformant en un véritable potager !

Une fois trop court (si on a la patience d’arriver jusque-là) ou bien cassé (plus probable, soyons francs) on a tendance à le jeter… là il suffit de le planter pour lui donner une seconde vie ! À l’extrémité, à la place de la gomme, les concepteurs (un groupe d’étudiants américains et danois) ont préféré mettre une petite capsule biodégradable qui contient trois graines.

Après quelques arrosages, les graines germeront  : basilic, coriandre, aneth, menthe, romarin, thym, sauge ou encore radis ou tomates cerise, Sprout propose près d’une vingtaine de variétés de plantes !

Sans plomb, réalisé avec du bois de cèdre, du graphite et de l’argile pour la mine, c’est (presque) le cycle de la vie personnifié : de l’arbre transformé en feuille et crayon renaît la petite plante…

Ça c’est un crayon qui se plante… sans erreur !

À bientôt !

Matteo

La Bibliothèque nationale de la République tchèque siège dans le Clementinum

En m’intéressant un peu au marché du livre à l’étranger, je suis tombé sur un truc assez sympa : des « titres livres » comme nos titres restaurant ! Depuis le 1er janvier 2018 c’est en République Tchèque qu’une loi a été mise en place afin de permettre aux employeurs de proposer des chèques livre à leurs employés.

J’adore ce système de tickets resto ! Je me vois bien rentrer dans une librairie et savourer un bon livre comme un plat cinq étoiles. Après tout nourrir son cerveau c’est aussi important que de remplir son ventre !

L’objectif bien sûr c’est de propulser l’achat des livres mais aussi de les rendre plus accessibles aux plus jeunes, dont les parents aux ressources les plus faibles n’avaient pas nécessairement les moyens d’en offrir. Et puis les livres c’est aussi et surtout un accès à la culture, au rêve, à la réflexion, à l’imaginaire, au voyage… C’est décidé je vais m’installer en  République Tchèque !

À la semaine prochaine !
Matteo