Vous en avez peut-être entendu parler : un internaute a mis côte-à-côte les couvertures de livres traitant de l’Afrique et oh ! stupeur (sans tremblement), elles se ressemblent toutes !

L’imagination est au pouvoir. Chez les éditeurs… et dans nos cerveaux de lecteurs acheteurs.

J’ai trouvé cette pépite dans Courrier International popularisant LE cliché des clichés de Simon Stevens, père spirituel de la campagne d’alerte acacia-coucher de soleil.  Voyez plutôt.

afrique

Le blog Africa is a country à l’affût des idées fausses faites sur l’Afrique se désole en voyant que les graphistes en sont restés au pays du Roi Lion, très mignon, mais cliché et concon. Avec le stéréotype,  le risque est moins grand… et la recherche d’idées beaucoup moins longue.

Autre anecdote signalée sur le blog Africa is a country : regardez un peu la couverture de The Memory of Love d’Aminatta Forna et celle de Someone knows my name de Lawrence Hill.

Effarant, non ?

A demain,

Matteo