Sultan Mahmud II

Après les cabinets à la turque (dans mon post du 18 août), laissez-moi vous parler de la langue turque qui est fascinante (c’est ma copine qui me l’a dit, elle a séjourné là-bas et m’assure que les cabinets s’occidentalisent !)

Pourquoi ?

Parce que c’est une langue dite « agglutinante » (là j’ai regardé ma copine avec hébétude) : elle est fondée sur l’accumulation de suffixes joints au radical.

Toutes les relations grammaticales se traduisent donc par des suffixes ajoutés au tronc commun (un peu comme en allemand).

Ainsi la phrase compliquée « Etes-vous de ceux que nous n’avons pas pu turquiser ? » se traduit en turc par…

1 seul mot : türk-le-sh-tir-e-me-dik-ler-im-iz-den-mi-sin-iz

Incroyable ! … et imprononçable.

Dans Le Bourgeois Gentilhomme, Molière lui-même a dit : « Voilà une langue admirable que ce turc, elle dit beaucoup en peu de paroles ».

A la cour du sultan, on aimait donc faire court… (saluez le jeu de mots !)

A demain,

Matteo