images

Lettre au père est une lettre écrite, en novembre 1919, par Franz Kafka alors âgé de 36 ans.

Elle n’a jamais été envoyée à son père.

Elle a été publiée intégralement en 1953, dans un recueil, et traduite en français la même année.

On y découvre – lorsqu’on n’est pas un spécialiste de cet auteur – un homme tourmenté qui est tiraillé entre la volonté de dire à son père tous les reproches que cette trop forte personnalité mérite d’entendre (au nom de l’abus de position dominante), la compréhension que la démarche éducative n’est facile pour aucun parent et la tentation d’endosser l’entière responsabilité de la (très grande) difficulté de leur relation.

On y découvre aussi un homme pris dans un problème personnel insoluble, dans un nœud de contradictions, entre réaction, décision, jugements et hésitations… qui fait penser à l’univers créé, par Kafka, dans Le Procès (1925). Un peu comme des sables mouvants. Plus tu bouges, plus tu t’enfonces… et si tu ne bouges pas, tu t’enfonces irrémédiablement.

On y découvre enfin une sensibilité, une fragilité même, toujours étonnante chez un auteur dont le nom est entré dans les très grands classiques de la littérature contemporaine.

La lettre se lit vite… et elle est vraiment intéressante.

Elle est dispo en poche à 2 € (Folio) et gratuitement en eBook sur plein de sites internet. Il y a aussi une version audio enregistrée par André Dussolier. Vous avez donc le choix du support !

A demain,

Matteo

$_35

imgres