Archives for the month of: août, 2018

 

Le week-end dernier il pleuvait, alors pour éviter de me lancer dans un gros ménage, j’en ai profité pour flâner dans les librairies.

Et voilà que j’ai été happé par un titre qui m’a vraiment parlé. J’ai eu un peu comme l’impression que le destin m’avait fait croiser la route de ce livre. Alors je l’ai acheté. Depuis, on est meilleurs copains.

C’est De la joie d’être bordélique, de Jennifer McCartney. Parce que non au diktat du rangement, parce que oui au joyeux bordel !

Comme je sais très bien que l’état de mon bureau fait lever les yeux de certains au ciel, je vais sans doute laisser traîner ce livre devant ces mêmes yeux… Que voulez-vous, il n’y a pas de petite révolution 🙂

A très vite !

Matteo

Une antonomase, c’est un processus linguistique qui crée des noms communs à partir de noms propres.
Il y en a des littéraires, qu’on utilise peu mais qu’on comprend tout de suite, pour peu qu’on connaisse les références : être un harpagon ou un gavroche, par exemple.
Il y a aussi les mots comme « poubelle » ou « sandwich », qui sont véritablement entrés dans l’usage courant. Ceux-ci sont rigolos… offrons une pensée émue à Eugène Poubelle !

Mais il y en un que je ne connaissais pas, et dire que je suis tombé des nues en l’apprenant serait un euphémisme (excusez-moi, c’est rare qu’on cause rhétorique, j’en profite). Ce mot, c’est celui auquel a donné son nom un certain Etienne Silhouette, au 18e siècle.

Silhouette était – entre autres – un homme politique qui a préféré protéger le porte-monnaie du peuple plutôt que celui des nobles, et ce en se moquant ouvertement d’eux. Et voilà comment, en raillant les plus forts, son nom est tombé dans l’oubli.
Je vous explique : la noblesse a, après sa mort, fait oublier son nom en le rendant commun ! C’est assez fort, il faut le dire… et très symbolique, puisque Silhouette est devenu une simple silhouette, une esquisse, un contour… voire une ombre !

Maintenant, il n’y aura plus qu’à Eugène Poubelle que j’offrirai des pensées émues, de temps à autres…

A très vite !

Matteo

Ma copine m’a envoyé un article assez sympa – c’est son anniversaire la semaine prochaine, à mon avis, il y a un lien ! –, et comme je ne vous parle pas si souvent de mode, j’ai envie d’écrire quelques mots dessus.

Van’s – la marque de chaussures, vous savez – vient de lancer une collection inspirée de tableaux de Van Gogh. Je vous laisse regarder, ça vaut le coup d’œil :

Ça m’a fait penser à la fridamania, ce phénomène commercial qui a suivi le centième anniversaire de Frida Kalho. T-shirts, poupées, baskets à l’effigie de la peintre – et communiste, c’est ça l’ironie –, on s’arrache tout ce qui est aux couleurs flamboyantes de Frida !

Bon, cette nouvelle ligne Van’s, c’est vrai que c’est quand même la classe. Ma copine n’a pas les cheveux rose mais je suis sûr que ça lui ira très bien.

À la prochaine !

Matteo

J’ai toujours dit que je détestais Proust. Moi j’aime le court et c’est tout !

D’ailleurs, ma copine c’est tout l’inverse, ça me laisse perplexe, vous imaginez… Enfin, c’est un sujet de conversation houleux entre nous, alors vous pensez bien que j’ai essayé, mais j’ai jamais réussi, à l’aimer, ce Marcel.

Sur Reddit, une rubrique a été créée pour faire changer d’avis les personnes aussi butées que moi. Voici l’idée : vous donnez le nom de l’auteur que vous détestez le plus, vous dites pourquoi. Là-dessus, quelqu’un – qui est sans doute plus tolérant que vous ne l’êtes – vous donnera le titre d’un livre à lire pour vous réconcilier avec cet auteur.

Comme au fond je ne suis pas contre la réconciliation – mon côté romantique –, je suis d’accord pour entamer une remise en question ! Sur ce, je vous laisse, ça risque d’être un peu long 😉

À très vite !

Matteo