Archives for the month of: avril, 2016

203 - Les toiles de Van Gogh sous un jour nouveau UNE

Aujourd’hui, on s’offre trois minutes et quatre secondes de relaxation, avec cette petite vidéo d’animation de tableaux de Vincent Van Gogh. C’est Luca Agnani qui a mis la main à la pâte, pour donner vie au travail du peintre.

Douce, tranquille… émouvante lorsqu’on y voit le soleil se lever dans la chambre de l’artiste… Elle m’a bien plu, cette vidéo ! C’est aussi l’occasion de réviser ses classiques : je vous avoue qu’à part des titres célèbrissimes, il y a de nombreux tableaux que je n’ai pas su nommer. Et dont je n’avais même pas connaissance…

C’est l’occasion aussi, de se laisser charmer à nouveau par les toiles du maitre, la lumière et la chaleur qui en émane…

On se laisse emporter ?

A demain… ou après-demain,

Matteo

Van Gogh Shadow – Luca Agnani from hiWHIM collective on Vimeo.

Du rock en béton armé UNE

Si son poids est inconnu, on sait que son épaisseur est de 6 millimètres, et qu’il joue Satisfaction des Stones comme un pro… C’est un vinyle, oui, mais un vinyle… en béton !

J’avais déjà vu la vidéo du vinyle en tortilla (oui oui), moins harmonieuse, mais je ne savais absolument pas que l’on pouvait graver de la musique sur n’importe quel support (cela dit, la tortilla aurait dû me mettre la puce à l’oreille). Conçu dans un béton d’excellente qualité, communément utilisé dans l’industrie des gratte-ciels et des ponts, ce curieux disque sort tout droit de l’imagination de l’ingénieur allemand Ricardo Kocadag. Et après ce que j’imagine être une phase d’expérimentation fort amusante, est né ce vinyle pas commun, qui fonctionne sur toutes les platines, et dont le son n’est par ailleurs vraiment pas mauvais, comme le prouve cette vidéo.

C’est pas fou ça ?

Allez, je vous offre la tortilla en prime !

A demain ou après-demain,

Mattéo

 

Moebius dessine Moebius UNE

Quand Moebius habille le squelette de ses personnages, ça donne ça ! On se trouve toujours en face du travail fini mais on n’a pas souvent l’occasion d’assister à la vraie création, la conception de l’œuvre. Ce serait comme assister à une écriture en live, voir l’auteur raturer et se creuser la tête pour trouver le bon mot…

Exposé à la Fondation Cartier en 2010, le célèbrissime illustrateur avait à l’époque accepté d’exposer un peu les mécanismes de son talent de créateur dans une vidéo plutôt instructive.

On y voit Jean Giraud, AKA Moebius, y créer le corps de ses personnages, choisir certains tracés plutôt que d’autres, le tout sur une tablette. Et, ligne après ligne, la narration prend vie.

Il pousse même le vice à se mettre lui-même en abîme : en dessinant un dessinateur qui dessine Moebius !

J’ai trouvé ces vidéos inspirantes (même si je ne suis pas un fan absolu de la musique choisie…) : assister aux origines de la création, même quand c’est avec un petit C, c’est toujours un peu fascinant… pas vrai ?

A demain ou après-demain,

Matteo

 

202 - L'appli qui lutte contre la page blanche UNE

« L’outil d’écriture le plus dangereux du monde » ? Pas qu’un peu ! Je vous présente l’application Flowstate, développée par Hoverman, ou comment écrire avec le couteau sous la gorge, le flingue sur la nuque… choisir en cinq secondes de couper le fil rouge ou le fil vert !

Cette application s’adresse aux amoureux du risque et aux adeptes de la procrastination.

Je vous explique.

Présentée comme un simple traitement de texte, l’application efface TOUT ce que vous avez écrit si vous restez cinq secondes sans taper sur la clavier…

En gros, vous commencez l’aventure en choisissant une durée : 1,5, 10, 15, 30, 60, 120 ou 180 minutes. Une fois le temps de travail sélectionné, le minuteur se lance, et le texte, non sauvegardé, s’efface au bout de cinq secondes d’inactivité.

Un vraie roulette russe créative, au prix de 15 euros (compatible PC et iOS). Un exercice qui n’aurait pas déplu aux auteurs adeptes de l’écriture beatnik !

Et si c’était une bonne occasion de s’y mettre ?

A demain,

Matteo

Le bikini écolo, c'est pour demain UNE

Clean et (peut-être) seyant, le bikini du futur ? Utile, peut-être aussi.

Il aura fallu quatre années aux chercheurs Mihri et Cengiz Ozkan, professeurs à l’Université de Californie, pour mettre au point ce maillot de bain d’un genre très nouveau puisque sa fonction principale est d’absorber les particules polluantes contenues dans l’océan ! En gros, grâce au « Spongesuit » (maillot de bain éponge, littéralement), vous ne vous contenterez plus de barboter, vous dépolluerez…

Le principe : vous portez votre joli maillot pendant vos vacances à la mer. Votre maillot absorbe les particule polluantes dans sa structure en éponge (bien évidemment, elles n’entrent pas en contact avec votre peau, ce serait dangereux, et le filtre fonctionne jusqu’à 20 utilisations), puis vous le retournez à l’entreprise qui le fait fondre à 1000 degrés Celsius. Les matières le composant retrouvent alors leur forme liquide et les substances capturées peuvent être triées. Le reste du liquide, propre, devient ensuite un nouveau maillot de bain.

Lauréats du concours d’innovation Reshape de 2015, les créateurs espèrent pouvoir bientôt lancer une production en masse.

Sachant qu’il peut retenir jusqu’à 25 fois son poids en substances étrangères (sans retenir l’eau puisqu’il est extrêmement hydrophobe) et que sa composition est hautement rentable et inoffensive du point de vue environnemental selon ses créateurs, le Spongesuit semble être une assez jolie idée… qui pourrait nous mener au livre amphibie. Vous ne pensez pas ?

A demain,

Matteo

Le bikini écolo, c'est pour demain 2

Le bikini écolo, c'est pour demain 3

Sans titre 1

Anne Razé, auteure sur Short Edition, et Agnès Delneufcourt sont porteuses d’un projet de création théâtrale, dans une pièce composée de six saynètes autour du thème du travail.

Très actuel, finalement !

Pour ce projet d’écriture, elles ont fait appel à une douzaine d’auteurs dont Aliénor Oval et Florent Chako de Short Edition. Avec pour objectif de créer un patchwork de témoignages sur la thématique du travail, vue sous toutes ses coutures. Ces auteurs de Short Edition (Aliénor, Anne et Florent), déjà familiers de l’écriture de fiction, se sont confrontés ici à l’écriture théâtrale pour la première fois, aidés de Brigitte Massiot, comédienne et scénariste professionnelle.

Si les premières et les découvertes vous tentent et si vous êtes dans des parages parisiens fin mai ou début juin, voilà le programme…

A demain,

Matteo

> Représentations : les 26 et 27 mai à 19.00 au théâtre de Nesle, et les 9 et 10 juin à 21.30 au théâtre de l’Essaio

> L’événement est sur Facebook : ici.

Sans titre 3

 

M. Verne, la relève est assurée ! UNE

Sans cérémonie excessive (mais avec tout de même un peu d’émotion), je vous présente le nouveau Jules Verne ! Il se nomme Yelken Octuri et travaille sur des projets complètement dingues en parallèle de son job de designer pour un fabricant d’avions basé à Toulouse (on en devine sans trop de peine le nom), comme ce yacht volant, spectaculaire.

Ce n’est pas l’imagination qui manque à M. Octuri (un coup d’oeil sur son site suffit à s’assurer qu’il a la tête dans les étoiles mais les pieds sur terre) et pas la demande non plus apparemment, parce que l’appareil dont je vous parle aujourd’hui a dépassé le stade de l’imagination : le yacht volant a bel et bien été construit (par l’usine Aerocoché, dans le Tarn) et est utilisé par trois princes d’Oman propriétaires d’une société de transport aérien.

Il vole, ce yacht. Ses voiles se rétractent et ses mâts deviennent des ailes, pour naviguer et voler, voler, naviguer et peut-être même voler !

On a un peu de mal à imaginer le coût d’un tel appareil. Peu importe. Il faut saluer l’imagination du créateur, et son talent d’ingénierie pour avoir réussi à mettre au point une machine fonctionnelle, digne des romans de Verne. J’ai l’impression que Yelken Octuri n’écrit pas. Dommage…

« Le futur existe mais il n’est pas encore distribué partout » : c’est la formule d’un prospectiviste, entendue je ne sais plus où ni quand, qui me semble très bien convenir à ce travail sidérant.

A demain,

Matteo

M. Verne, la relève est assurée ! 2

M. Verne, la relève est assurée ! 3

M. Verne, la relève est assurée ! 4

hémingway

On retombe une fois de plus en enfance avec des petits Lego forts évocateurs, conçus par  Fine Cloner. Chacun d’eux a été grimé en un écrivain fort, fort célèbre, reconnaissable grâce à des détails clés… et grâce à la photo ou au portrait dans l’angle gauche de la photo.

Deux options se présentent à vous : découvrir les images une par une, sans pression, ou tenter de deviner l’identité de l’écrivain représenté.

Pour jouer : placer votre main en L majuscule, pour cacher le bas et le côté gauche de l’image, et ne garder ainsi que la petite figurine sur la droite. Descendez en douceur, pour ne pas vous gâcher le plaisir ! C’est pas toujours évident…

A demain,

Matteo

Des écrivains célèbres en Lego ! UNE

Des écrivains célèbres en Lego ! 2
Des écrivains célèbres en Lego ! 5

Des écrivains célèbres en Lego ! 6

imgres

J’ai bien aimé ce film. Médecin de campagne est l’histoire d’une rencontre entre deux médecins, dans le cabinet médical de celui qui a besoin de l’appui d’une remplaçante. On est en plein Vexin français. Pas loin de la ville, mais déjà si loin… Avec des visites en campagne et des consultations au cabinet.

Bien joué, bien écrit, bien senti… Les histoires des patients et des médecins suivent leurs cours et sont bien articulées.

C’est pas follement gai mais ça sonne juste, on passe un bon moment. Peu de clichés. Et une histoire qui tient bien.

A demain,

Matteo

> Médecin de campagne, film de Thomas Lilti, 1 h 42 min, 23 mars 2016
Avec François Cluzet, Marianne Denicourt, Christophe Odent