Archives for the month of: septembre, 2013

Voilà, spécialement pour vous, sélectionnée par l’équipe « photos », une vidéo sympa et tonifiante : ça pulse pas mal !

A demain.

Matteo

Cette semaine, c’est Søkswen qui nous a accordé une interview ! Passionné d’écriture et de musique, il revient sur sa nouvelle Mary, Lauréate du Prix Eté 2013, mais aussi sur ses lectures et sources d’inspiration.

Coralie : Bonjour Søkswen, pouvez-vous nous dire d’où vous est venu votre goût pour l’écriture ?
Søkswen : C’est un goût avant tout pour la création, que j’ai depuis une quinzaine d’années environ. Ça passe autant par l’écriture que par la musique. Je trouve que ce sont deux domaines qui se ressemblent, et d’ailleurs on parle souvent de cette « petite musique » pour marquer la fluidité de l’écriture quand un livre est réussi. Dans mon cas, elles se nourrissent, je passe souvent de l’une à l’autre. Et j’adorerai faire un écrit accompagné d’une musique que j’aurais composée.

C : Quel genre de musique composez-vous ?
S : De la musique électronique – qu’on peut écouter sur soundcloud – il y a généralement très peu de voix, et quand il y en a, ce n’est pas la mienne : je chante très mal ! [rires] Mais la plupart du temps, je les créé complètement, avec mon matériel. Cette passion est apparue quand on a pu créer de la musique sans avoir fait des études de musique, ou du solfège… il y a une quinzaine d’années. Avant c’était très difficile, le matériel était très coûteux, mais ça s’est progressivement démocratisé. C’est assez technique mais les possibilités sont immenses. Pas mal de groupes actuels se sont d’ailleurs fait connaître par ce biais !
J’ai un faible pour la « french touch » : Air, Laurent Garnier, Vitalic, Phoenix…

C : Pour revenir sur la littérature, avez-vous déjà publié un roman, un recueil, … ?
S : Je n’ai jamais été publié ailleurs que chez shortEdition, même si j’ai eu des contacts avec d’autres maisons d’édition. Je m’étais essayé au roman au départ, j’avais eu un contact chez Albin Michel qui avait accueilli assez favorablement mon projet, sans pour autant l’éditer. J’ai tiré de ce roman mes nouvelles Mary et Une éducation sentimentale abidjanaise. Il m’avait été conseillé de retravailler le roman sur certains aspects, notamment la psychologie des personnages. Et puis je l’ai fait lire à deux auteures (Hélène Frédérick et Valentine Goby) rencontrées dans l’association littéraire dont je fais partie – Le Menhir Ecologie – qui m’ont conseillé d’écrire des nouvelles. C’est à ce moment-là que je suis arrivé sur shortEdition. Mais j’aimerais bien repartir des nouvelles et refaire un roman.

C : Quelles sont vos sources d’inspiration ?
S : Généralement ce sont des instants de vie, même si on les remanie et on les romance. Et puis aussi, de ce que je lis… Je me suis plongé récemment dans la littérature anglo-saxonne avec Colum McCann ou Don Carpenter, que j’ai découvert cet été. J’ai lu La Promo 49, c’est frais, le style est ciselé, et c’est pour moi une référence, un modèle du genre. Ça parle de jeunes américains, à l’approche de ce qui serait notre actuel baccalauréat, qui se demandent ce qu’ils vont faire, qui découvrent l’amour, le deuil, les espoirs déçus … Il y a aussi Russell Banks, qui m’a marqué, notamment avec American Darling, une épopée sur le pouvoir qui nous emporte d’Amérique en Afrique.
Enfin, évidemment on a tous commencé par les classiques de la littérature française, et il m’arrive de relire des passages de Proust ou de Céline, par exemple.

C : Vous avez été lauréat, que vous a apporté votre expérience sur shortEdition ?
S : Beaucoup de choses : de la confiance en mes écrits, ce qui est essentiel. Et ça permet aussi de faire vivre mes écrits, qui sont lus et sur lesquelles il y a des commentaires souvent très encourageants. Et même quand ce sont des critiques négatives, c’est aussi encourageant : on ne s’attend pas à plaire à tout le monde et à être parfait !

C : Y a-t-il une citation que vous aimeriez partager avec nous ?
S : Oui ! Celle de Rabelais, très connue, est la citation que je préfère : « Sciences sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Elle exprime le nécessaire discernement qu’il faut avoir à tout moment. Il ne faut pas se laisser happer, mais plutôt avoir du recul… Enfin bon, je ne vais pas disserter sur cette citation ! [rires]

C : Merci pour votre temps, et à bientôt !
S : Merci à vous, à bientôt.

Interview réalisée par Coralie Bailleul.

C’est la rentrée ! Au lycée ou au boulot, c’est l’heure des nouvelles résolutions : « Cette année je serai hyper-productif ! » ou encore « Cette année, je ne pratique pas l’art de la procrastination ! » (enfin, là, ce sont plutôt les copines coincées de ma copine).

Moi, je suis allé m’acheter un nouveau stylo… et j’ai retrouvé mes stylos du lycée : les Ben !

Je me suis dit que le mec a quand même bien joué son coup, parce qu’il a fait de l’écriture un art pictural, en utilisant le court pour jouer sur les mots et/ou faire passer un message philosophique !

Ben, c’est en réalité Benjamin Vautier, artiste français d’origine suisse qui vit en Italie. Avec des slogans chocs et une écriture caractéristique (qui ne le reconnaît pas à sa simple écriture ?), il vend des objets du quotidien en leur donnant un peu de personnalité : stylos, agendas et même… brosses à dents !

Ben, c’est un adepte du format ultra court. Je vais recommander aux chefs de shortEd de le contacter ! Il vend beaucoup beaucoup ce gars-là…

A demain.

Matteo

Je continue à prendre les réponses à mon sondage racoleur sur la Matinale.

Et je m’explique :  les chefs voulant prendre leur décision demain matin, je répète la question pour ceux qui ne sont pas venus sur le blog l’autre jour… et ainsi je me cite ! J’adore ça…

« C’est vrai que la photo sent un peu (trop) fort le racolage facile – surtout pour une cause noble comme la littérature – mais il y a quand même un lien avec le sujet : ce n’est pas Angelina Jolie, ni son tatouage dans le creux des reins, ni son lit assez rococo, mais le principe du lit.

shortEd, à l’occasion de la Matinale 2013, veut en effet savoir si le principe d’une Matinale de son lit, une Matinale à distance, intéresserait de nombreux auteurs (qui créeraient chez eux dans le temps imparti et enverraient leurs oeuvres par Internet) et de nombreux lecteurs (qui évalueraient ensuite, en ligne, ces créations).

Le 15 octobre. En même temps, et avec les mêmes règles, que la Matinale présidée par David Foenkinos.

Faites donc connaissance avec le concept de la Matinale et donnez-nous votre avis.

Vite ! Les chefs de shortEd veulent décider au plus tard le 9 septembre. »

A demain.

Matteo

Je ne vous en avais pas parlé mais shortEdition et SensCritique se sont donnés rendez-vous sous le soleil de l’été. Echange fort sympathique et enrichissant, Isabelle – qui a rencontré Guillaume Boutin, l’un des trois co-fondateurs de SensCritique – était ravie !

SensCritique est une communauté culturelle, alimentée exclusivement par les internautes amateurs de culture qui génèrent eux-mêmes le contenu et les flux de cette plateforme de partage et d’échanges d’avis.

Le principe est de suivre les gens pour comparer son avis à celui des autres… ou au sien !

Pour toute l’actualité culturelle mais aussi pour les classiques, les incontournables, les « plus discrets » (à rebours de la culture de masse). Dans tous les domaines – ou presque : Cinéma, Livres, BD, musique, jeux vidéo,… on peut classer, commenter, partager, critiquer et même faire découvrir ses propres trouvailles.

Le concept : démultiplier la puissance du bouche-à-oreille. C’est, pour moi, LE site des bons plans pour se faire une idée sur ce que je veux voir, lire et écouter. Avec actuellement + de commentaires sur les films que sur Allociné. Pas mal quand même !

Sur SensCritique, on aime, on aime moins, on note, on commente, on recommande : bref, on découvre et on donne son avis, un peu comme sur shortEdition !

Voilà donc les SHORT !, le Short Fashion Stories et les recueils de nouvelles : Moïse et autres nouvelles, de Sylvia de Remacle et A bout de course et autres nouvelles, de Patrick Villemin, présentés à la communauté de SensCritique.

Une fiche « shortEdition » les regroupe et présente notre maison d’édition.

Alors n’hésitez pas à aller jeter un œil et surtout à commenter, à partager… et surtout à commenter ! C’est par ici.

A demain.

Matteo