Archives for the month of: février, 2013

Dans un moment de très grand désœuvrement et d’ennui absolu (je le confesse), je me suis promené sur un site de conjugaison.

J’y ai trouvé quelques bizarreries.

Ou quelques sources habituelles d’hésitation, lorsqu’on est seul, devant son clavier, au moment de taper la bonne lettre.

J’ai pensé bêtement que ça pourrait vous amuser…

A l’imparfait (de l’indicatif… le subjonctif a son charme mais tout de même, on est entre gens simples).

Vous bouilliez
Vous croyiez
Vous fuyiez (toujours curieux ce i derrière les 2 i du y, déjà en CM 2 ça me posait des problèmes).  

A l’impératif

Clos se limite au singulier. Impossible de clore en bande.
Vaincs, vainquons, vainquez… C’est quand même ultra moche (en + d’être plutôt guerrier).
Vaux, valons, valez… Surprenante injonction.
Veux vaut veuille. Je préfère veuille.

Dernière remarque.

Falloir ne connaît que la 3ème  personne du singulier. C’est certainement là l’origine du yaka.

A demain quand même !

Mattéo

PS : alors, avant, vous étiez Bled ou Bescherelle ?

 

Connaissez-vous le journal américain en ligne The Onion ? Il traite l’information avec un style plutôt piquant.

Le style est hautement satirique, et les événements relatés sont vrais… ou faux ! Des inventions,  beaucoup de non-événements… une façon de parodier la sur-information, de faire couler de l’encre sur du « rien ».

Les titres sont absurdes, mais le ton est très sérieux !

Selon The Onion, Sony aurait sorti un nouveau diffuseur de bonnes odeurs sous forme de tiges à se mettre dans le nez. Des écouteurs à musique en version olfactive…

Un garçon de 8 ans aurait aussi tué son lapin en oubliant de le nourrir (!), Obama aurait admis que les drones américains attaquent par magie, et l’ex-Pape irait bientôt débattre du mariage gay dans un institut d’études politiques….

On ne sait plus trop ce qui est vrai ou faux… En tout cas, ça détend ! Et comme ils disent être la meilleure source d’info aux US, on est entre de bonnes mains.

A demain,

Matteo

En ce jour particulier, soyons romantiques, mais pas trop quand même ! C’est ma copine qui va être contente….

A demain.

Mattéo

 

« André, mon amour perdu.

Douloureuse séparation ! Mais c’est gentil de m’avoir laissé une adresse. J’étais anéantie. Je ne pouvais pas faire un geste. Je te revois, accoudé au bastingage quand on a relevé la passerelle. Je revois tes gestes de désespoir, lorsque le navire a commencé à s’éloigner et que tu as réalisé (enfin!) que j’étais assise sur ta valise. »

> Quelques Romantiques, Sempé, Ed. Denoël, 12 €, pas de format numérique annoncé par l’éditeur

Le réseau social Twitter est si important… qu’il est devenu un outil de recherche en sciences sociales. Je vous assure !

Sur le principe de la veille de données, des chercheurs s’en servent comme d’un « baromètre d’humeur ». L’humeur générale des utilisateurs est détectée en analysant les mots et émoticônes.

Le portail tweetfeel.com permet ainsi de découvrir l’humeur du jour de la twittosphère.

Une étude a aussi pu déterminer les fluctuations d’humeur de masse au fil de la journée. Elle serait bonne après le petit-déj et avant dormir, maussade après le déjeuner…

Sans parler des entreprises spécialisées en e-réputation comme XiKo qui étudient l’humeur des chefs d’entreprise sur le web, ou celles qui étudient l’humeur de la bourse.

Et à quand un « shortomètre » ? Un outil pour jauger l’humeur de la communauté short, selon la teneur de ses textes…

Ce serait plutôt gai… certains jours. Plutôt pas gai, d’autres jours !

Comme le temps finalement…

A demain,

 

Matteo

 

Artiste inclassable et méconnu, Pierre Garcette (1940 – 2003) est l’auteur des Rébus d’art qui recomposent le nom des grands peintres.

Des jeux de mots malicieux et poétiques (avec une étymologie latine très marquée… ce qui est très mode en ce moment) !

Da + lit = Dali (Salvador)

Christ en bol + taon + ski = Christian Boltanski

Garcette – qui avait aussi écrit le roman Guère épais – savait aussi manier le verbe.

Voici un extrait de son intro :

« La belle Zélie amuse Saint-Augustin avec le camembert siffleur et les dragées ou poivre de l’almanach Vermot. Mona Lisa, la lippe barbouillée à la graisse d’arme du catalogue Manufrance, partage le saucisson-vin rouge des manuels des techniques du bâtiment, les fruits polychromes des atlas de géographie ou les petits pois qui sautent entre les pages des dictionnaires ».

A demain,

Mattéo

> Pierre Garcette, Rébus d’art, Ed. La Martinière, 12 €, on n’a pas déniché de version numérique à vous recommander

 

Et c’est le conseil du jour !

« Il est préférable d’avoir de très gros défauts que de toutes petites qualités. »

Frédéric Dard, 1921 – 2000, papa de + de 175 aventures du commissaire San-Antonio (souvent aidé de son adjoint Bérurier) à partir de 1949…

 

 

 

« Je vais mieux », dit-il en Une de son dernier livre paru dans la collection blanche de Gallimard.

Le livre cartonne puisqu’il tapisse les rayonnages des Fnac et autres grandes librairies… puisque 80 000 exemplaires ont été mis en place et puisqu’il faut déjà retirer !

Le livre est plutôt apprécié par la critique… qui prend goût à « la petite musique de Foenkinos », à son sens de la formule qui résume les situations si quotidiennes.

Nous aussi.

Forcément !

Comme tous ceux qui souffrent à l’idée d’aller chez le dentiste… (il parle beaucoup des dentistes).

Je ne vous en dis pas + parce que je n’aime pas les critiques – je viens d’en lire une, pas mal argumentée d’ailleurs, sur Internet – qui racontent l’histoire du roman que vous allez lire. Même si le suspense n’est pas le ressort premier de ce roman, je trouve toujours plus sympa de suivre le chemin proposé par l’auteur, avec l’auteur…

Petite info à signaler tout de même : Foenkinos pense que le prénom est un élément essentiel dans la construction de ses romans et il n’a pas donné de prénom à son héros, son héros a mal au dos et il a confessé qu’il avait eu un gros problème de santé qui s’était déclaré un jour par un petit mal de dos anodin… il reconnaît même que ce héros sans prénom est, en fait, son double.

A demain.

Mattéo

> Je vais mieux, D. Foenkinos, Gallimard, 330 pages, janvier 2013, 20 € au format papier, 13 € 99 au format numérique (Kindle, Kobo Fnac et Cie)

Petite minute art contemporain… ma copine veut que je vous parle de l’exposition du peintre Philippe Cognée, au Musée de Grenoble.

L’artiste nantais (né en 1957) peint les objets du quotidien et le monde urbain à partir de photographies.

Réaliste, mais pas seulement !

Il donne un rendu troublant à ses tableaux avec des contours flous et des couleurs qui débordent… une façon de représenter « le visible en mouvement permanent » paraît-il.  Il utilise un subtil mélange de cire d’abeille et de pigments de couleur pour peindre des photos ou des extraits de vidéos, puis les recouvre d’un film plastique sur lequel un fer à repasser chauffe la cire pour la liquéfier. La cire fond, il retire le film… et bingo, c’est fini. « L’image semble alors piégée sous une surface glacée« .

Le tableau d’une banale baignoire en émail (Baignoire) a marqué ma copine (qui est très sensible) : « c’est comme la baignoire du poème de Rimbaud, Vénus Anadyomène, si si ! Le cercueil de vert en fer blanc » !

Il y avait aussi des scènes de foule, des HLM, des carcasses de viande sanglantes, les bâtiments de Google vus du ciel, un champ de colza, les rayons promo de Auchan, et même des crânes verts et roses qui s’embrassent sur fond jaune…

Quel hétéroclisme ! J’ai eu du mal à suivre, mais il paraît que c’est mieux en vrai…

L’expo est achevée, mais je vous ai apporté des informations ici.

A demain,

Matteo

Lou Lubie, l’une de nos dessinatrices, qui a notamment participé en octobre à La Matinale de la short Littérature, a lancé depuis 2008 le « Forum Dessiné », un lieu d’écriture collective et interactive pas comme les autres.

Un forum… où aucun texte n’est permis !

Les participants n’interviennent qu’à coups de crayon et de dessins, chacun incarnant un personnage de BD différent. Il s’agit pour eux d’interagir autour d’un thème donné, de maintenir le fil de l’histoire tout en improvisant.

Se créent ainsi des discussions en image et des expérimentations : dans une même case, on retrouve des personnages au graphisme distinct, comme sortis de leur propre monde…

Pour en créer un nouveau, celui de la BD collective !

En 2012, la « communauté des Lubiens » a franchi un cap publiant Prophecy, une bande dessinée issue du forum. Co-écrite par 50 dessinateurs, elle nous plonge dans le monde fantastique du « Royaume Lubien », en proie à des forces maléfiques.

Du court, à mi-chemin entre la BD, l’improvisation et le jeu de rôle… Ça a tout pour plaire

A demain.

Matteo

PS : l’explication du Forum, c’est par ici.
Et si vous préférez voir une création en cours, c’est par .

Riad Sattouf est né en Syrie en 1978. Il y a vécu une partie de son enfance. Et notamment le rituel de la circoncision. Son dessin est sympa. Son texte est faussement naïf. J’aime bien.

Comme je ne suis pas un super connaisseur de BD, je suis tombé dessus par hasard alors que j’allais à un rendez-vous près d’une libraririe BD. Et comme je ne suis pas lecteur de Charlie Hebdo, je ne suis pas tombé dessus par hasard alors que je lisais une de ses publications hebdomadaires.

Il y a beaucoup de fois « bite » et quelquefois « zizi ».

Le sujet aide un peu quand même… C’est du Titeuf en version moyen-orientale. C’est + exotique ! Pas d’amoureuse, que des garçons. Et une BD très écrite : c’est, en fait, plutôt un bref roman graphique.

Il y parle aussi beaucoup de l’étoile de David, des Juifs, des Israéliens, de Assad…

Ma circoncision, Riad Sattouf. 20 minutes de lecture. Un joli livre, très agréable en main, édité par L’association. 14 €. Pas de numéro en bas des page. Ni en haut. Je dirai, à la louche, 77 pages.

A demain.

Mattéo