Archives for the month of: octobre, 2012

Mattéo se la coule douce en week-end, alors on continue avec les infos moins drôles : la rénovation du cadre juridique de shortEdition

Ce post sera un peu plus long mais c’est nécessaire parce que le sujet est vraiment important !

Cette semaine (demain), shortEdition mettra en ligne de nouvelles Conditions générales d’utilisation (CGU) et ses nouvelles Conditions particulières des Auteurs (CPA).

Ces nouvelles CGU et CPA sont le résultat de nos 18 premiers mois de fonctionnement. Nous avons entendu les remarques de certains auteurs de shortEdition, d’auteurs n’ayant finalement pas opté pour la publication, de lecteurs, de membres du Comité éditorial et d’observateurs bienveillants et constructifs… ! Et nous avons mélangé tout cela avec nos analyses.

4 changements clés.

1 –Les CPA seront remplacées par 2 documents différents

Du fait de la création de la catégorie Pazencompèt’, les CPA sont remplacées par les Conditions particulières de publication d’une œuvre en compét’ pour les Prix de la short Littérature (CPP) et les Conditions de publication libre pour les œuvres n’étant pas en compét’ (CPL).

2 – Il n’est plus possible de gagner plus de 2 Prix sur une période de 15 mois.  

Ce n’est arrivé qu’une fois – en 2011 et dans des catégories différentes – mais c’était possible. Il nous semble que ce n’est pas souhaitable car nous voulons permettre à des auteurs différents de sortir !

La catégorie Pazencompét’ a aussi un intérêt pour ces auteurs-là. Ils peuvent souhaiter à la fois conserver les droits d’exploitation de leur œuvre et la mettre en visibilité sur un site susceptible de générer plus de trafic que leur blog perso.

3 – La règle des 18 mois est modifiée.

Pour les œuvres en Compét’, la cession des droits est limitée à 18 mois si shortEdition ne prévoit pas d’exploitation particulière de l’œuvre (ni Lauréat ni Chouchou, ni projet de publication, ni autre exploitation possible).

C’était déjà le cas.

Ce qui est nouveau, c’est qu’au terme de cette période de 18 mois, l’auteur retrouve la possibilité d’user de son œuvre à sa guise et, notamment, de se lier à un autre éditeur.

shortEdition ne conserve aucun droit et peut même être placé dans l’obligation de la retirer du site si l’auteur lui en fait la demande.

4 – Les droits d’auteurs sont augmentés.

L’assiette de référence devient le prix public HT, ce qui est + clair.

On démarre à 8% ou 10% comme chez la majorité des éditeurs.

Et les taux prévus, en cas de ventes très importantes, sont très importants. Ils peuvent atteindre 16% pour les exemplaires papier et 60% pour les eBooks. Vous allez peut-être penser que c’est en cas de « carton », ce qui a, finalement,  peu de chances de survenir… Et pourtant, faites-vous un peu confiance et n’oubliez pas que les autres éditeurs n’en proposent pas autant…  Même en cas de carton.

Les taux progressifs sont souvent réservés aux auteurs confirmés.

A un de ces jours…!

Isabelle et Christophe

Après ces quelques heures de suspense, voilà enfin des détails sur  la catégorie Pazencompèt’.

Elle est à l’essai depuis début septembre.

On y retrouve toutes les œuvres qui ne sont pas mises en compétition… C’est l’auteur qui la « gère ». Cette catégorie peut être utilisée par shortEdition pour les œuvres non retenues  – puisque nous souhaitons nous limiter à 1 à 2 publication par jour et par catégorie -. Elle peut aussi être utilisée directement par les auteurs pour celles de leurs œuvres qu’ils ne souhaitent pas mettre en compétition et dont ils ne souhaitent pas céder les droits d’exploitation et de diffusion à shortEdition.

Une publication libre.

Pour retrouver sur le site ces œuvres Pazencompét’, il faut connaître l’auteur et taper son nom dans le moteur de recherche.

L’auteur aura donc sur shortEdition un shortBlog (c’est lui qui le gère, on n’arrête pas le progrès !) sur lequel vous retrouvez  tout ce qu’il a publié, classé dans deux catégories clairement distinctes : En Compét’ + Pazencompét’.

C’est clair ?…

Dès que Mattéo revient, vous pourrez lui en parler !

Mais pas demain, parce qu’on a encore une info sérieuse pour demain : la rénovation du cadre juridique de shortEdition.

A demain.

Isabelle et Christophe

Bonjour à tous,

Mattéo nous a laissé sa place aujourd’hui : il est parti en week-end.

Nous allons donc vous donner les dernières news en direct !

La Matinale de la short Littérature, prévue le 25 octobre à Paris sous la présidence de David Foenkinos, nous occupe beaucoup. Elle sera l’occasion d’une grosse opération de relations presse et de la présentation à la presse d’un livre Short fashion stories, dans lequel des auteurs de shortEdition ont rencontré et écrit sur des créateurs de mode de BrandAlley.

La vie continue à côté. Plein d’autres choses se passent…

Le Comité éditorial continue de lire et s’élargit à de nouveaux lecteurs, qui sont parfois auteurs de shortEdition d’ailleurs.

Vous le savez aussi, le premier Prix régional en collaboration avec le Dauphiné Libéré est en cours et, vous ne le savez pas… nous travaillons à en mettre en place d’autres.

Nous vous l’avions annoncé,  SHORT ! premier va sortir dans quelques jours : il est chez l’imprimeur (vous n’avez pas oublié de le commander directement sur le site, bien sûr !).

Et enfin, certains  l’ont déjà trouvée, nous avons ouvert la catégorie Pazencompèt’, pour toutes les œuvres ne pouvant être mises en compétition, puisque vous l’avez remarqué,  nous souhaitons nous limiter à 1 à 2 publications par jour et par catégorie… c’est bon pour la qualité des œuvres en compét’ !

Mais… comme trop d’info tue l’info… on vous laisse digérer celles-ci et on vous explique en détail le fonctionnement de cette nouvelle catégorie demain !

A demain.

Isabelle et Christophe

A partir de cette semaine, la nouvelle règle – qui était à l’étude depuis quelques semaines – va entrer en vigueur définitivement.

25 000 caractères max, contre 40 000 jusqu’à présent.

Pourquoi ?

Parce que shortEd promet au lecteur des lectures de 1 à 20 minutes. Or, au-delà de 25 000 signes, cette promesse n’est plus tenue. Le short se met à ressembler à un pantalon !

Je l’ai finement rappelé à la direction – je suis membre intérimaire du comité éditorial, je suis donc sensible au temps de lecture ! –  et la direction, toujours très à l’écoute de ses équipes (…!), a donc pris une grande décision : les textes de + de 25 000 signes seront désormais refusés.

Sans lecture.

En fait, l’espace de la page « Je publie » sera bloqué à 25 000.

shortEd pourra publier des œuvres + longues mais seulement dans les recueils individuels de certains auteurs. Et sans mise en ligne préalable sur le site et sur les applis.

Voilà…

Si vous avez des réclamations à faire, présentez-les moi, je ferai passer le message ! Surtout si je suis d’accord avec vous…

A mardi soir. Je prends 48 h de repos pour fêter ça.

Mattéo

Si vous enlevez Fabrice Luchini du film… vous passerez certainement un beaucoup moins bon moment.

Dans la Maison (Ozon, 2012), il y a lui, marié à Kristin Scott Thomas, et il y a le p’tit jeune qui joue le rôle de l’ado un peu + doué que les autres et qui voit un peu + loin que les autres. Il est excellent.

L’histoire tourne autour de l’écriture, de la réalité dans la fiction (et vice versa), de la façon de raconter une histoire et du meilleur moyen de surprendre le lecteur… ou le spectateur.

Quand un réalisateur prend Luchini, il peut se permettre de surprendre un peu moins… la voix, la diction, la moue, le jeu de l’acteur occupe l’espace.

Moi, j’aime. Sans restriction.

D’autant plus que je me sens en mission pro, dans mon fauteuil, lorsque l’écriture célébrée est de tout format (la fable, la poésie, la nouvelle…, le roman bien sûr), sans ostracisme contre le Court.

Allez-y demain.

Mattéo

 

J’ai entendu à la radio qu’une étude américaine du Journal of Sexual Medicine avait fait une étude fine aux US et au Canada sur la durée des rapports sexuels. Résultat : moins de 3 minutes c’est trop court, 3 à 7 minutes, c’est la moyenne et 13 minutes, c’est le temps jugé idéal par les couples interrogés.

Pourquoi 13 ?

No se.

J’ai repensé à Michel Serres.

Lui, il pense du bien de ce qui est court (en général) sauf dans deux cas particuliers : à table et dans son lit, avec Aphrodite… ou celle qui, pour lui, en a pris le visage.

Il pense que c’est même un point fondamental qui différencie l’homme de l’animal… surtout pour ce qui concerne Aphrodite.

Alors, celui qui a dit que shortEdition avec son short ressemblant à un caleçon, son slogan et ses cases rose bonbon sucé avait opté pour un positionnement ambigu, n’a pas assez lu le philosophe !

Si vous voulez voir des stats qui se construisent en temps réel, suivez le guide, c’est très distrayant… 

Non ?

Bonne nuit quand même…

Mattéo

20 millions de smartphones en France depuis fin 2011. Ce qui veut dire qu’il y en a encore + aujourd’hui…

Et 20 millions de Français se sont connectés sur Internet via un smartphone au mois d’août de cette année.

Pas très étonnant, finalement.

Impressionnant quand même, non ?

A demain.

Mattéo

Je suis retombé sur un article publié par envied’ecrire.com à partir d’un dossier réalisé par Lire, le magazine. Lu cet été.

Comme il serait trop dommage d’interrompre cette belle chaîne… je vais vous donner quelques chiffres concernant les revenus des écrivains ! Mais comme il est toujours préférable d’aller chercher l’info à la source, je vous filerai le lien vers le long article de ede.com.

Une évidence : ce monde-là compte trois étages.

Il y a les super stars (l’Olympe) et il y a tous les autres (les mortels). Et au milieu, il y a les 300 personnes qui – en France –  vivent de leur plume… avec vue sur l’Olympe. La magie de ce jeu est que le rez-de-chaussée donne aussi, avec une vue plus éloignée, à condition de se tordre un peu, sur cet Olympe-là.

Alors ces chiffres ?

Il y a d’abord les avances sur droits.

Quand les auteurs font tellement envie à leurs éditeurs que ces derniers versent aux premiers de confortables à-valoir. 325 000 francs accordés par Grasset à Marie Billetdoux (l’auteure de Mes jours sont plus belles que vos nuits, Stock). Pascal Jardin, après son Nain jaune, encaisse 800 000 francs. Carlos Ruiz Zafon a fait encore mieux : 1,2 million d’€ après L’Ombre du vent qui était son second roman (le premier traduit en Français).

Joseph Kessel aussi savait, à son époque, s’y prendre pour vivre à crédit… sur les revenus du livre d’après !

Ces avances-là sont réservées aux stars… ou aux stars en herbe.

Il y a aussi les droits.

8% du prix public HT jusqu’à 10 000 exemplaires vendus : c’est le régime de base.

Et puis parfois – mais pas toujours, seulement lorsque l’éditeur est généreux ou qu’il décèle un potentiel… que d’autres éditeurs commencent à voir aussi -, une progression du taux avec la progression des ventes.

Enfin, les cas d’école du monde de l’édition. Ceux qui font rêver les porteurs de stylo comme un ticket de loto gagnant et. dont on raconte les exploits dans les cours de récréation ou les cocktails mondains.

Louis-Ferdinand Céline avait obtenu 18%, Nabokov, 17,5% et Françoise Sagan, 20%. Entre autres. J.-K. Rowling et son enfant Potter ont dû faire encore mieux (je ne retrouve plus l’info) mais elle a vendu + de 600 millions d’exemplaires en + de 70 langues. Forcément, ça modifie un poil le rapport de forces entre l’auteur et l’éditeur !

Pour + de détails, c’est par ici.

A demain. Faîtes de beaux rêves !

Mattéo

Dernier passage pour aujourd’hui.

Les Strips.

11 auteurs et 1 suppléant (parce que le Jury BD a eu beaucoup de mal à trancher…).

Sont retenus :

  1. Yohan Sacré
  2. Lucas Colabella
  3. Mathieu Bertrand
  4. Philippe Gardien
  5. Aurélie Laget
  6. François Iglésias
  7. Raymond Sébastien
  8. Cécile Bidault
  9. Lou Lubie
  10. Ugo Bagnarosa
  11. Thibaut Foch

Que les sélectionnés envoient un mail à annabel@short-edition.com pour confirmer qu’ils n’ont pas changé d’avis, qu’ils sont bien libres le 25 octobre, dans quel département ou pays ils résident et, enfin, quel est leur âge…

Ok ?

La suite, c’est au dodo ! Et à demain.

Salut !

Mattéo

Je vous dis encore bonjour… !

Pour les TTC, 9 auteurs + 1 suppléant comme pour les Poétik.

Sont retenus (et l’ordre ne veut rien dire du tout !) :

  1. Edouard Bonnet
  2. Aliénor Debrocq
  3. John-Henry Brichart
  4. Simon Faure
  5. Marie Saintemarie
  6. Michel Bombled
  7. Hélène Kowalkowski
  8. Anne-Lise Durant
  9. Marièke Poulat

Que les sélectionnés envoient un mail à annabel@short-edition.com pour confirmer qu’ils n’ont pas changé d’avis, qu’ils sont bien libres le 25 octobre, dans quel département ou pays ils résident et, enfin, quel est leur âge…

Ok ?

La suite, c’est les Strips et c’est dans un quart d’heure.

A tout de suite.

Mattéo