Archives for the month of: septembre, 2012

On est le 30. Ce soir, minuit, fin de l’Acte 1 de La Matinale. La réception des candidatures.

10 membres du Comité éditorial se sont réunis toute la matinée de samedi (à Paris et à Grenoble en mode Skype) pour examiner les oeuvres des candidats : 2 nouvelles (pour la catégorie Nouvelles, 6 poèmes ou slams (pour les Poétik), 6 TTC (pour les TTC !).

Ils étaient très contents de la qualité de tout ce qu’ils ont pu lire dans les bagages des 121 auteurs ayant adressé à shortEdition leur demande de participation. On aura donc un joli plateau bien que beaucoup d’auteurs shortEdition regrettent de ne pouvoir venir, faute de dispo le 25 octobre, faute de sous pour venir… Vivement un partenariat avec la SNCF ou avec Air France !

Seconde et dernière session de sélection mercredi 3 au matin.

Pour les Strips, Nicolas Keramidas et Tommy Redolfi feront la sélection des candidats le 3 aussi. A l’heure du déj.

La direction de la maison aurait pu me charger (elle ne l’a pas fait… mais comme je suis un gars qui prend des initiatives, je le fais !) de vous rappeler que le choix des auteurs retenus – vraisemblablement 7 à 10 par catégorie avec 1 ou 2 nom sur liste d’attente, pour pallier à une défection – sera rendu public au plus tard le 7 octobre. Peut-être un peu avant. On va dire que ce sera l’Acte 2.

A demain.

Mattéo

PS : Je n’ai toujours pas de réponse pour l’Appli Android (voir et revoir le post d’hier)… dès que j’ai du nouveau, je vous en parle. Promis !

Téléchargez donc la nouvelle appli shortEdition sur l’App Store. Vous y trouverez les dernières publications par catégorie, les oeuvres figurant aux palmarès, le blog (et oui, on a fait un peu de lobbying).

Avec la possibilité de pouvoir lire hors connexion.

Quelle différence avec la v 1 ? La rapidité de chargement a été améliorée. : ça va encore + vite ! Alors on le fait tout de suite.

Je pense que la nouvelle version est aussi dispo sur Google Play… mais je n’en suis pas certain. Il y a au moins la version 1, ça j’en suis sûr ! Et pour la v2, je vous tiens au courant. Je vais interroger les chefs… j’espère qu’ils ne dorment pas.

A demain.

Mattéo

Marina, Carlos Ruiz Zafon.

Très bien écrit.
A Barcelone encore.
Une histoire d’amour toujours.
Une belle intrigue qui évite que ça dégouline.
Un imaginaire à la limite du fantastique… mais c’est pas du fantastique, j’ai horreur du fantastique.

C’est du vrai et du bon Zafon. Il dit que c’est son texte préféré depuis qu’il écrit.

J’avais adoré L’ombre du vent (2004). Beaucoup moins Le jeu de l’ange (2009).

J’ai beaucoup aimé Marina (2011, Robert Laffont) qui est de la veine du premier.
En beaucoup plus court (280 pages).

6,37 € en poche, 4 € d’occas’, 9,97 € en Kindle édition,  18 € en format broché… et je ne parviens pas à voir si le Kobostore le propose en numérique (le système de recherche doit être réservé aux esprits supérieurs…!).

A demain.

Mattéo

Une étude réalisée récemment au Royaume-Uni indique que, pour 2/3 des 14 – 16 ans grands-bretons, être vu avec un livre, qui plus est en train de le lire, n’est vraiment pas cool.

Ils sont marrants ces (jeunes) Anglais !

Et on doit craindre la contagion dans nos contrées… En France, le Syndicat national de l’édition a décidé de lancer un projet de lecture à voix haute dans les classes de CM2, pour inciter les élèves à ouvrir des bouquins et promouvoir la lecture.

Et si on prescrivait un peu de short à tous ces jeunes !

A demain.

Mattéo

 

Mieux que la fiction de Noémie Lvovsky, Camille redouble, sorti il y a 5 minutes (15 jours) et dont je vous ai parlé hier : la vie réelle de Sarah Thomson.

Sarah a 32 ans, elle est britannique, mariée, mère de famille… et nous a fait une rupture d’anévrisme qui l’a plongée dans le coma. Elle s’est réveillée après ses 10 extraordinaires jours de coma en ayant 19 ans ! Disons plutôt le sentiment de les avoir.

Résultat : elle n’a pas reconnu ses enfants, elle a pensé être avec son ex, elle a été surprise de comprendre que son mari – qui était là, près d’elle, à l’hôpital – ne faisait pas partie du personnel hospitalier et allait la raccompagner chez elle… et allait même y rester ! Elle a cru enfin que Micheal Jackson était encore vivant et que les Spice Girls étaient encore ensemble…

Quel choc !

Vous devriez essayer le coma, c’est mieux que les anti-dépresseurs et les crèmes anti-rides…

A demain.

Mattéo

 

 

J’ai été au ciné hier, j’ai vu Camille redouble (Noémie Lvovsky, 2012). Quentin pense que c’est un film de filles. Moi, j’ai bien aimé.

Vous n’avez jamais l’impression d’avoir déjà vu le film dans une vie antérieure. Rien que ça, c’est déjà énorme !

Et le ton est sympa.

L’idée de départ n’est pas super originale – Retour vers le futur ne date pas d’hier et l’histoire d’une femme de 40 ans qui après une soirée trop arrosée retourne en adolescence ne paraît naître d’une imagination incroyablement débordante – mais il y a deux ou trois originalités de scénario et de casting, qui donnent une vraie fraîcheur d’ensemble au film.

Réussi.

A demain.

Mattéo

PS : Et vous, vous avez aimé ? Où vous pensez qu’il faut que je me fasse opérer ?…. !

 

J’ai entendu la chronique de Michel Serres interrogé par Michel Polacco, hier après-midi, sur France Info à propos du bref.

Ce n’est pas tout à fait vrai ! En fait, un ami du blog me l’a recommandé… et j’ai été l’écouter sur le site de France Info en podcast.

Le thème était bien : Le bref.

Et, évidemment, j’ai aimé.

J’ai donc remercié cet ami du blog de son info.

Et je vous propose à mon tour de l’écouter à votre tour.

Tout y est très bien dit. Notamment que la recherche de la concision peut être un aboutissement de ce que l’on a besoin de dire au monde. Que les grands esprits ont compris, bien avant l’ère du zapping, que le court peut être en fait un concentré ! Qu’il y a court et court, bien sûr, mais que l’essence du court est de faire dense…

Ici, on aime ! Ecoutez-le…

A demain.

Mattéo

Il est 9 h 39. Comme promis, le Palmarès complet est donc public.

Les ordis de contrôle ont validé le classement sorti de la soirée de vendredi et des 3 semaines de Finale… Les dernières heures ont été marquées par une lutte acharnée… dans un climat resté globalement très zen. Dans chaque catégorie, il y avait deux oeuvres au coude-à-coude dans la dernière ligne droite. Et un auteur nous a dit qu’il avait organisé chez lui une soirée façon Finale de Coupe du monde avec toute la famille et les potes. Sympa ! Très short, comme état d’esprit…

Alors, les Lauréats sont donc :
Matriochka, de Papy Castor (Nouvelle)
Le crépuscule des jeunes, de Clarinette (Poétik)
Souvenir lacunaire, de Groumf (Strip)
Le voile indévoilable, de MOyie

Et les Chouchous. Il y en a 5 ou 6 par catégorie, parce que le Comité de rédaction a été content du plateau des finalistes.

Pour les Nouvelles, pour les Strips, pour les Poétiks (je crois qu’en fait Poétik est invariable…) et pour les TTC (là, j’en suis sûr !) : vous les retrouverez dans la rubrique Palmarès que Sylvia vous a préparée !

Au bout de ce lien-là.

L’Automne 12 est fini. Vive l’Hiver 12 ! Qui va durer jusqu’au 21 décembre 12.

A demain.

Mattéo

 

Rendez-vous à 9 h 39.

Pour quoi ?

Pour le Palmarès complet.

Les Lauréats des lecteurs de shortEdition et les Chouchous du Comité éditorial de shortEdition.

Pourquoi 9 h 39 ?

Parce qu’il y a un malade, dans la bande, qui aime les horaires tordus.

A demain donc.

Mattéo

On lit. Vite, et on vote !

Jusqu’à 23 h 55 ce soir.

Publication du Palmarès au cours du week-end, le temps de procéder aux routinières – mais très efficaces – opérations de contrôle et de dépouillement des voix.

A demain.

Mattéo