Archives for the month of: août, 2012

Un peu d’histoire de la langue… après l’histoire de la mode !

On sait tous ce qu’est une échelle, toujours composée d’un certain nombre de barreaux ou d’échelons.

En l’absence d’échelle et lorsque le point surélevé n’est pas trop haut (un mur, une grille…), il est alors facile à quelqu’un voulant aider un pote à y grimper, de lui proposer une échelle à un seul échelon, à savoir les deux mains avec les doigts imbriqués.

C’est cette très universelle échelle à un seul barreau qu’on appelle donc « la courte échelle ». Vous ne pourrez pas nier que, pour une échelle, elle est effectivement très courte, pour le plus grand bonheur de shortEdition.

Bizarrement, bien que cette pratique existe probablement depuis la nuit des temps, et même peut-être avant (la veille au soir), cette expression n’est enregistrée dans les dicos d’histoire de la langue que depuis le XIXème siècle.

Depuis l’expression s’est popularisée et, par extension, la locution s’utilise aussi lorsqu’on aide quelqu’un à atteindre un but qu’il s’est fixé.

Voila vous savez tout !

Côme (qui remercie Expressio pour son aide précieuse !)

 

L’apparition du short dans la garde-robe des femmes fut un évènement dans l’histoire de la mode (qui en fit tomber certains à la renverse…) et sa banalisation ne fut pas forcément facile les premières années.

Un de nos lecteurs nous a envoyé une vidéo de l’INA, datant du 22 mai 1971, dans laquelle le journaliste effectue un micro-trottoir en demandant aux personnes interviewées ce qu’elles pensent réellement du port du short par les femmes.

Les avis divergent, mais les hommes ont globalement un avis (très) positif de cette mode de l’époque.

Allez y jeter un coup d’oeil pour voir à quel point le choc culturel est grand entre nos deux époques, surtout quand on constate à la télévision que la jambe féminine est de plus en plus longue, tandis que le tissu rétréci à vue d’oeil (sûrement un problème de machine à laver)

Le lien : le voila !

Vous verrez c’est très instructif ! Et merci à notre lecteur attentif…

Côme

Ça, c’est notre zone de confort :

On aime bien rester dedans et on n’est pas à l’aise quand on en sort.

On n’est pas heureux lorsqu’on fait des choses qui nous rendent mal à l’aise. Pour être plus heureux dans votre vie, shortEdition vous propose donc d’agrandir votre zone de confort, pour être à l’aise dans un maximum de situations (ci-dessous, une vue avant/après de votre zone de confort).

Comment faire pour être plus à l’aise dans la vie donc ? Si vous faites un looong pas en dehors de votre zone de confort (du genre se mettre à jongler tout nu devant une foule de personnes), c’est le crash absolu. Vous n’y arriverez pas et ça va rester une très mauvaise expérience pour vous.

La solution c’est : court, mais bon ! Repoussez les limites de votre zone de confort progressivement, en faisant des pas beaucoup plus short : des baby steps.

Pour être heureux, et comme devoir de vacances, faites des baby steps – des short steps – en dehors de votre zone de confort. On en reparle dans quelques jours.

Quentin

Le 400ème post, wouhou !

Après le million de pages vues, après les 600 likes sur Facebook, shortEdition célèbre (s’autocélèbre en fait) le 400ème post d son blog !

Culture, sport, blagues (nulles ou pas), auteurs… bref, tous les sujets possibles et imaginables qui de près ou de loin peuvent être associés au short, ou à la littérature, ou à shortEdition, enfin à tout ce qui est court mais bon.

On peut le dire, cela n’est pas une tâche facile tous les jours. Traîner sur internet, lire des films et regarder des livres (Mon dieu que la vie est dure !) , voilà le travail du blogger. Et cela n’est pas sans danger, puisque certains ont développé un narcissisme aigu et souffrent désormais de bloggitude chronique (d’après les médecins, le blogger cesse de s’embrasser les mains après deux jours sans s’autolire sur internet).

Enfin bref, blogger pour nous est très amusant et très instructif ! Nous sommes donc prêts à passer, avec vous, le cap des 500 posts !

Merci encorevbhjknl (pas facile d’écrire en s’embrassant les mains)

Et à bientôt !

Toute l’équipe du blog !

 

Le 18 octobre 2012, à partir de 7 h 07, au 23 rue de Lappe à Paris (city-beach), shortEdition vous réunit pour sa première Matinale de la short Littérature.

Pour en savoir +, voyez avec le blog la matinale.short-edition.com. Il est accessible d’un clic sur la home du site.

Puisque vous êtes là, je vous la fais courte. Rien que pour vous !

Le principe est simplissime (plus simple que simple).

Il sera demandé le Jour J aux  auteurs et aux dessinateurs de créer une œuvre en direct suivant les contraintes qui seront dévoilées le matin-même.

7 h et 7 minutes plus tard exactement, les gagnants de chaque catégorie pourront, après délibération du Jury, remporter  1 200 € chacun.

Pour ceux qui souhaitent participer,  il faut s’inscrire .

Pour les amateurs de short littérature qui souhaitent assister à de la création artistique, vous êtes conviés à la même heure après vous être inscrits ici.

Voici la vidéo de l’évènement, à voir et à faire circuler sur la toile !!!

En espérant vous retrouver 23 rue de Lappe, Paris 11, le 18 octobre…

Côme

 

 

Umberto Eco, auteur du genial « nom de la rose » voyage beaucoup. Parfois avec du saumon. En avion, en taxi, en train, autour du monde entier. Durant ces nombreux voyages, Umberto a pris ses petites habitudes, et a décidé de vous faire part de ses remarques, de ses conseils pour vous aider à mieux voyager sur le globe.

Comment voyager avec un saumon est donc un condensé de petites anecdotes qu’il a vécu, et dont il souhaitait vous faire part mais aussi de petites reflexions et conseils pour la vie en général, par tranche de deux ou trois pages.

En espérant que vous aimerez,

A+

Côme

La plus short guerre de l'histoire !

À shortEdition, on aime bien l’histoire. Du coup, on décide d’attirer votre attention sur des évènements courts que l’Histoire avec un grand H a retenus. La guerre la plus courte eut lieu le 25 août 1896 entre l’Angleterre et le Zanzibar alors sous protectorat britannique.

Déclenchée par le sultan Khalid ibn Bengash, successeur du sultan Sayyid Hamid bin Thuwain bin Said (pas short le nom du sultan), qui tenta de soulever son peuple contre l’occupant grand-breton. La fronde  du sultan et des 2000 hommes armés par ses soins dura… 40 minutes. Le temps pour la flotte britannique de couler l’unique bateau à vapeur des insurgés et de bombarder le Palais.

40 minutes pour 400 morts.

Et même si shortEdition apprécie la brièveté de l’évènement, nous pensons qu’une guerre même courte n’est jamais bonne.

À +

Côme