Archives for the month of: août, 2011

C’est un film d’étudiants, c’était expérimental en juin 2009 mais ça reste intéressant, ça marrie la 3D et le réel, ça tourne sur Youtube et Viméo (4’19 ») et c’est assez sympa à voir.

Un logiciel de tracking, utilisé classiquement en 3D, permet de fixer des petits personnages à des repères dans l’image réelle filmée préalablement… Et ils prennent vie, dans le studio de l’Université (Paris VIII Vincennes Saint-Denis, Arts et technologie de l’image), après le tournage.

http://www.youtube.com/watch?v=2VY-OQ9IPDA

On pourrait organiser un sondage sur la musique…

A demain.

Gabri

J’ai oublié de vous parler de mon dernier resto à Londres. Avec un nom comme ça… c’est un peu facile mais on va faire léger puisqu’il y en a + de 100 sur l’île !

Je suis obligé de vous en parler parce que c’était court – on a dîné rapidement – et parce que c’était bon – j’aime la cuisine italienne -.

Pas donné mais pas d’abus comme à Saint-Pancrasse !

A demain.

Côme

 

Le London trip s’achève aujourd’hui.

Et c’est à la gare de Saint Pancrass que je consacre ce dernier post qui sera dans un an pile poil, l’une des majeures plateformes d’accueil des spectateurs des Jeux Olympiques 12.

La gare de Saint Pancrass donc, jumelée avec la gare de Kings cross (si, si c’est celle de Potter), est un édifice qui vaut vraiment le détour. Il est impossible d’y fumer, et la tolérance zéro des vigiles en matière de tabagisme font que les rails sont d’une exemplaire propreté.

Revers de la médaille : l’ambiance à la consigne ! Vous vous faîtes arracher un steak quand vous avez oublié d’éteindre votre téléphone lors du passage sous le scanner de sécurité et on n’hésite pas à vous racketter de 8 euros par sac déposé.

Ambiance de racket également au rayon sandwich : 6 euros le sandwich club (emballage recyclable compris !).

C’est sous les anneaux olympiques que nous avons salué une dernière fois la terre londonienne, avec émotion… et c’est avec un plaisir non dissimulé que nous reprenons la route de Paris la sale, mais Paris la douce ! Et Paris la moins chère…

A demain.

Côme

Le temps moyen de transit entre deux stations est de 1 minute a Paris. Il est de près de 3 minutes à Londres.

C’est très trompeur pour des touristes de base (un peu comme nous) qui se disent que 5 stations debout dans la rame, c’est très supportable. Après une petite analyse chronométrique, nous nous sommes aperçus que cela relevait plus de l’effort physique intense que de la petite attente type ascenseur.

Tout cela pour dire que dans le métro, à Londres, vous aurez 3 fois plus de temps pour lire les derniers posts du blog et les créations les plus récentes de la short littérature.

Autre point important puisqu’on parle métro, l’Underground ferme ses portes beaucoup plus tôt : ainsi si vous pensiez pouvoir prendre le métro après la séance de 22 heures de « Cowboy et envahisseurs » avec Daniel Craig et Harrison Ford, vous vous fourrez le doigt dans l’œil jusqu’à l’omoplate. Dieu merci, le service de bus nocturne fonctionne très bien. Il faut donc aussi apprendre à lire en bus…

A demain.

Côme

 

Le Science Museum de Londres,  moins réussi que notre Palais de la Découverte version 2, montre la taille monstrueuse des premières machines à vapeur de Watt, des premières locomotives et des V2 que les Allemands lancèrent sur Londres et Anvers en 44 qui ont la taille d’une fusée (comme j’en ai vues beaucoup, je peux vous en parler… plus de 14 m en fait mais plusieurs km d’imprécision au point de chute).

Enorme… mais perfectible !

Et un constat, limite philosophique…

Puisque le smartphone que vous utilisez aujourd’hui – notamment pour lire de la short Littérature à haute dose – a les mêmes capacités que votre ordinateur d’il y a 5 ans, le mouvement du « Court mais bon ! » suit tranquillement la trace du « Petit mais puissant » !

A demain.

Côme

Si vous voulez que les Anglaises et les Anglais lisent des short créations françaises en anglais dans le texte, il faut mettre 600 à 1200 € pour une nouvelle de 8000 mots. C’est en fait de l’ordre de 6 à 15 centimes d’euros par mot pour leur faire passer la Manche.

Si ça vous tente, Google et Yahoo ont plein d’amis – en chair et en os, pas des logiciels foireux – qui font ça assez vite. Vous pouvez même vous faire faire un devis en temps réel en fonction de votre exigence de qualité, de la technicité du vocabulaire utilisé et du délai imposé.

Et quand on revient à Londres, on fait parler de votre oeuvre. Promis.

A demain.

Côme

Finie la lecture de short stories ou de strips, confortablement installé au milieu de son salon ou de son jardin dans un caddie dérobé au supermarché du coin ! Et si vous en rêviez, ce n’est pas à Londres qu’il faut venir habiter.

Les Anglais, qui ont des supermarchés ouverts 24 h sur 24 (ça peut être pratique même si c’est pas super drôle pour celui qui y bosse…), utilisent un système électronique bloquant les roues du caddie dès que celui-ci s’éloigne du magasin.

C’est plus embêtant que ça n’en a l’air, parce que ça peut créer un tort considérable au développement de la short Littérature outre-Manche. On ne lit pas un Dumas dans un caddie.

A demain.

Hier, tout près de Buckinghma Palace, étape du FIBV.

FIBV, ça doit vouloir dire Fémina International world tour Beach Volley ou quelque chose de ressemblant.Oui, je sais que femme se dit woman mais il y avait un F très féminin dans le sigle.

Bref, 5000 spectateurs, un tournoi par équipes de 3 à connotation nationale (Australiennes, Anglaises, Espagnoles… plusieurs équipes parfois par nationalité… et pas de Françaises d’ailleurs). Une répétition avant le tournoi olympique de 2012.

Spectacle et ambiance très sympa.

Et un constat : plus les maillots des joueuses – disons plutôt les bikinis – sont courts, plus le public aime. Etonnant, non ?

A demain.

Côme

Elles lisent beaucoup, les Britanniques… et pas seulement dans les yeux des p’tits Frenchies en promenade à Londres.

La dernière étude menée par lastminute.com sur les pratiques de lecture – elle a été réalisée du 1er au 10 juillet en Europe auprès de 10 000 personnes dont 2050 Britanniques – indique que les Anglaises sont avec les Suédoises celles qui lisent le +. 71% de celles qui bougent emportent de la lecture et liront 2 livres en 2 semaines…

Vous vous demandez pourquoi je vous parle de ça et pas des émeutes….

Parce qu’il fait beau et bon à Londres, contrairement à ce que vous pouvez croire…  et que, si nous voulons vivre le frisson, on a en fait intérêt à aller à la chasse à la lectrice, dans les librairies ou à Hyde Park. Elles aiment surtout le suspense, l’aventure et l’action.

A demain !

Côme

Les Anglais et les London people sont totalement smartphones-dépendants. On le voit.

Plus que nous, paraît-il. On ne le voit pas !

La dernière étude de marché réalisée par des gens savants (le régulateur british des télécoms, Ofcom) le dit de façon formelle :

  • plus d’un quart des adultes et prés de la moitié des adolescents sont détenteurs d’un smartphone,
  • chez les adultes, entre hommes et femmes, c’est du 58/42 et chez les adolescents, c’est du 48/52…
  • les adultes votent iPhone, les adolescents Blackberry.

Et last but nos teast, 23 % des adultes et 47 % des adolescents avouent utiliser leur smartphone sous la douche.

Moi, ça me fait réver, pas vous ?

Côme