Archives for the month of: juillet, 2011

.

Notre raid au Festival de Musilac se passe bien, merci !

Musilac 2011, parrainée par Bernard Lavilliers, c’est 75 000 spectateurs, un camping de 6 000 festivaliers, des jeunes et des gars moins jeunes… parce qu’ils étaient jeunes quand Lavilliers était encore en short… !

Programmation sympa : Santana, les Belges de dEUS, les Anglais de The Ting Tings, Scissor Sisters et Bloody Betroots Death Crew 77… et encore plein d’autres concertes de 15 h 30 à 2 h ½ du mat.

Et comme le soleil a eu le bon goût de revenir pour l’ouverture du Festival, après une journée de novembre à vous reconstituer toutes les nappes phréatiques en manque d’eau depuis un an… ça roule !

Nous, en Team Festival, on a distribué du flyer « short Littérature » tout au long de ces deux premières journées. Vous n’’étiez peut-être pas sur les rives du lac d’Aix-les-Bains, alors je vous offre la photo en pied de notre dernier flyer….

Et ce soir, concert… ! Bise. A demain.

(Envoyé depuis mon iPhone).

On aime le talent et l’imagination de ces Brésiliens qui dessinent leur ville de Sao Paulo, l’habillent et la rendent plus chaleureuse. Avec leurs bouches d’égout. C’est simple, fun et sympa !

Vous voulez faire leur connaissance ? Je les ai invités sur le blog… Voici leur adresse.

http://www.6emeia.com

La Caisse d’Epargne lance sa nouvelle campagne de pub. Et nous sommes interpellés par l’une de leurs nouvelles affiches.

Vous comprenez mal comment une banque pourrait intéresser, un tant soit peu, l’inventeur du prix de la short Littérature ?

La vue de cette photo vous éclairera un peu…

Voilà, vous avez compris !

shortEdition et moi, nous sommes donc interpellés parce que cette affiche est le parfait symbole de la short Littérature. C’est jeune, c’est cool, c’est fun, mais ça montre que le jeune en liberté est également à la recherche d’interlocuteurs qui ne le prennent pas pour… un jeune.

Le jeune est conscient de sa jeunesse, mais il est également conscient de ce qui l’entoure.

Voilà pourquoi – comme avec la short Littérature – il ne faut pas hésiter à élever le contenu, travailler le dialogue et approfondir les choses.

C’est face à un public peu réceptif et surtout concentré sur l’adresse du Mac Do le plus proche que l’équipe communication a été confrontée. Ainsi, la deuxième sortie de shortEd fut une (petite) sortie de route… !

Notre discours reste malgré tout inchangé, seulement l’approche guerrière des événements est modifiée pour une approche plus en douceur, plus en contact et en échange avec le public.

Le moral des troupes reste donc intact, surtout à l’approche du Festival Musilac 2011 où une délégation sera envoyée pour le 14 juillet.

En guerre contre quoi ? Contre l’anonymat dont nous avons voulu l’entourer pour accompagner sa venue dans ce monde trop cruel.

Maintenant, l’heure de la lumière sonne !

Une grande campagne de sensibilisation des jeunes à la short Littérature commence sur un certain nombre de festivals cet été.

Vous aurez donc l’immense honneur de faire la connaissance de la Team Festival de la short Littérature qui, équipée de T-shirts bleus et de flyers, sillonnera les routes de France pour vous rencontrer.

Première sortie ce soir au 34ème Festival du Film court à Grenoble. J’espère vous y voir nombreux…

A tout de suite !

En fouinant sur internet je suis tombé sur un article de mode expliquant aux femmes inquiètes, comment se porte un short !

Petite synthèse, pour vous mesdames, de ce que j’ai pu y lire.

« Le short est TOUJOURS tendance, il se porte plutôt taille haute et bien large ! » (c’est déjà un bon point pour la dame).

« Deux conditions : ne pas complexer des cuisses – on ne tire pas sur un short comme sur une jupe un peu courte – et avoir de jolies bottes qui vont avec. »

Et les trois règles d’or :
« 1 – Plus le collant est opaque, plus il est chaud et plus c’est joli, avec possibilité de porter des collants à motifs si le top et le short sont unis.
2 – Jouez avec les volumes, un énorme pull vous permettra de masquer la dure réalité que vous envoie votre miroir
3 – Portez des talons, vous paraitrez plus grande
», (ce qui n’a finalement rien à voir).

Voilà, mesdames, maintenant que vous êtes top rassurées, passez le cap !!


Depuis quelques jours déjà les soldes se sont installées dans vos magasins de fringues préférés. C’est donc la ruée, la cohue et la lutte dans toutes les Galeries Lafayette de France.

Petit tour d’horizon de tous les achats à ne pas manquer.

Qui donc s’offrira un polo Lacoste soldé à 50% ? Personne en fait, vu que le département communication et promotion de la boite est aussi affectueux que son propre logo à l’état sauvage.

Qui donc portera le dernier costard Hugo Boss soldé à 70% ? Encore personne, vu que même soldé on se retrouve à devoir payer le prix d’un écran plat, full HD, 200 pouces.

Qui donc aura le plaisir d’arborer la cravate Ralph Lauren soldée à 99% ? Toujours personne, vu que quelqu’un de mal intentionné a vomi dessus… et que c’est pour ça qu’elle est en fait en solde à 99%.

Finalement, il n’y a que chez shortEdition que les soldes ont un vrai sens : 100% des contenus sont gratuits… même hors périodes de soldes !


122 ans. C’est la durée de l’emprunt d’un des ouvrages de la Bibliothèque de l’Ecole des Arts de Camden près de Sydney. Les plantes insectivores de Charles Darwin avait été emprunté en 1889. C’est seulement en juin dernier qu’il a été restitué.

Ron Hyne, un vétérinaire à la retraite, voulait vendre discrètement le livre à l’Université de Sydney, espérant que celle-ci ne remarquerait pas le tampon signalant son propriétaire légal. Il n’est donc pas parvenu à revendre cette édition originale à un prix exorbitant.

Il a expliqué à la police locale qu’il avait trouvé cet ouvrage lors d’une brocante, il y a cinquante ans. Les policiers – qui ne l’ont pas reconnu ! – l’ont cru et il a échappé de peu à des pénalités de retard. Imaginez un peu la majoration d’une amende vieille de 122 ans.

C’est donc délesté d’un sacré pactole mais soulagé d’une amende centenaire que le vieil homme est devenu, momentanément, la star de sa maison de retraite.


Ça veut simplement dire que le Comité éditorial – dont j’ai l’immense honneur de faire partie – qui lit avant la mise en ligne a apprécié. Beaucoup.

On pense donc que vous aimerez… même si les votes de nos Lecteurs Electeurs préférés n’ont pas distingué ces œuvres-là.

J’espère que notre concept révolutionnaire du chouchou, introduit lors de la remise officielle des Prix du Printemps 2011 de la short Littérature vous paraît à la fois clair, conceptuel et révolutionnaire… !