100-Boots-Eleanor-Antin-01-900x574

Eléanor Antin n’est pas une artiste comme les autres… De 1971 à 1973, elle aura fait voir du pays à ses 100 bottes en caoutchouc ! Comme si elle avait été la mère spirituelle d’Amélie (Poulain) et de son nain de jardin, Eléanor Antin a créé une série de 51 cartes postales mettant en scène ses bottes, de la Californie à New York.

Chemin faisant, elle a croisé des paysages banals au premier abord mais qui, une fois mis en scène, servent parfaitement le propos. Ces 51 cartes postales ont fait de sa correspondance épistolaire un art narratif… « Il devait bien y avoir un moyen de montrer l’art aux gens autrement qu’en le collant entre les murs blancs et nus des galeries new-yorkaises. Pourquoi pas par courrier ? » (Elanor Antin, Philadelphie Running Press Book Publ., 1999)

Nommée « 100 bottes qui font de leur mieux », cette série de photos reste une performance plutôt originale pour une époque à laquelle l’art conceptuel n’avait pas encore la légitimité qu’on lui donne aujourd’hui.

Une mise en scène drôlatique, parfois même un peu cynique, selon le regard qu’on y porte… Un moyen original, novateur et pourtant rétro (le courrier postal ayant été inventé à Rome, sous l’empereur Auguste !) de transmettre l’art au prix d’un timbre postal.

100-Boots-Eleanor-Antin-02-900x578

100-Boots-Eleanor-Antin-07-900x601

100-Boots-Eleanor-Antin-08-900x577

100-Boots-Eleanor-Antin-10-900x572

100-Boots-Eleanor-Antin-01-900x574

Moi, ma préférence va au rassemblement de bottes sous l’arbre tordu, façon assemblée de sorcières ! Et vous ?

A demain,

Matteo