Je n’avais pas lu La Liste de mes envies de Grégoire Delacourt. C’est fait.

Acheté lors d’un passage dans un relay de gare, il traînait sur une étagère. Je m’en suis saisi hier. Je peux donc vous en parler avant que d’autres ne vous en reparlent à l’occasion de la sortie du film prévue le 28 mai 2014. Avec Mathilde Seigner qu’on imagine très bien dans le rôle de la mercière : il lui ira comme un gant.

Si vous ne l’avez pas lu, faites-le donc maintenant pour le petit plaisir de l’analyse « livre/film adapté ». Moins chic qu’avec Autant en emporte le vent ou Guerre et Paix, mais (beaucoup) plus rapide. Prévoyez 1 h 20 de lecture, disons plutôt 99 minutes pour les lents (comme moi).

La plume est adroite, efficace, bien tenue. L’histoire est sympa et simple. Elle fonctionne bien. Pas d’émerveillement littéraire en perspective, ni de dépaysement très marquant. Mais on passe un vrai bon moment de vie quotidienne, ordinaire, racontée avec le sourire mi-tendre mi grinçant de la petite mercière.

On finit presque par souhaiter ne pas avoir trop de chance. Dans le livre…

Comme le livre a cartonné en France et a été traduit dans + de 30 langues, on risque fort de nous en reparler… Et comme j’ai un faible pour la présence et le caractère de Mathilde Seigner, j’irai certainement la voir !

A demain,

Matteo

> La Liste des mes envies, Grégoire Delacourt, février 2012, Lattès, 200 p.
Et il y en a pour tous les goûts et pour toutes les envies,
au format poche, 6 € 56
en format broché, 15 € 20
et en format numérique (Kindle, Kobo, iBook…), 9 € 99