HP6-FP-00024 DANIEL RADCLIFFE as Harry Potter in Warner Bros. Pictures’ fantasy adventure “Harry Potter and the Half-Blood Prince."

Anecdote amusante : lorsque l’éditeur de J.K Rowling était sur le point de publier le tome 6 de Harry Potter, la fièvre était telle que le risque de fuite avant publication a rendu nécessaire l’intervention… des services secrets britanniques !

Rappelez-vous le fracas que faisait à l’époque la sortie d’un nouveau tome : la queue devant les librairies, le nombre impressionnant de personnes que l’on croisait le soir du jour J, un exemplaire dépassant du sac. Trépignant d’impatience à l’idée de rentrer à la maison et de lire un nouveau chapitre… et c’est justement cette impatience qui avait rendu la situation très difficile à gérer.

Rowling raconte qu’à l’époque, ses poubelles étaient fouillées par des journalistes ou des fans (enfin, des fans pas très corrects) en quête d’une note, d’un brouillon, d’un scoop. Le lancement de l’impression des nouveaux volumes était aussi un événement compliqué à gérer : malgré des mesures de sécurité drastiques mises en place pour protéger l’imprimerie des intrusions, un agent de sécurité avait réussi à s’en procurer un exemplaire et l’avait vendu à un journal.

Soucieux de préserver la surprise des fans (la fin du tome 6, HP et le Prince de Sang Mêlé, amène la mort d’une figure clé)… et peut-être aussi (un peu) ses recettes à venir, l’éditeur avait sorti les grands moyens : les services de renseignements électroniques de Sa Majesté avaient été en charge de détecter les fuites, les prévenir et y mettre fin jusqu’à la sortie officielle.

Voilà un envers du décor finalement encombrant et pesant pour l’auteur : pression, questions incessantes, mais aussi colère des lecteurs impressionnables et pas toujours très raisonnables face à la disparition d’un personnage… Le syndrome Misery en somme ! Et gloire et euros, dollars et livres sterling rendent-ils tout cela doux à supporter, là est la question !

A demain… ou après-demain,

Matteo